Les années passent et se ressemblent. Pour les usagers de la Central Water Authority (CWA), le calvaire demeure et la distribution d’eau se fait au compte-gouttes dans certaines régions. Pas plus tard qu’hier et vendredi, une centaine d’habitants de L’Aventure, Flacq, est descendue dans la rue pour manifester sa colère de n’avoir pas été alimentée en eau potable pendant 5 jours. À Roches Brunes également, la colère était palpable chez les abonnés qui n’auraient pas perçu l’eau pendant 2 jours. Si, à ce jour, la CWA a rétabli la situation en effectuant, « comme par enchantement », des opérations de valves, suivant l’intervention des députés de ces régions après la colère des abonnés, reste qu’avec le déficit de nos réservoirs – qui ont atteint 50% en moyenne de leur capacité à ce jour, soit en étant inférieur de 18% à la moyenne de ces dernières années –, elle est dans le collimateur des abonnés quant à sa gestion de l’eau. La question a été, mardi dernier, abordée au Parlement, le ministre des Utilités publiques soutenant que le pays connaît, ces jours-ci, la pire des sécheresses depuis 1985.
À situation drastique, mesure drastique! Pour face à la baisse du niveau des réservoirs et à la détérioration de la situation des nappes phréatiques et assurer une distribution équitable de l’eau à travers l’île jusqu’aux prochaines grosses pluies, la CWA a enclenché un plan d’urgence en revoyant récemment ses fréquences et horaires de distribution à travers l’île. Si, dans certaines régions, la distribution s’effectue 2 fois par jour, généralement entre 4h-9h et entre 16h-21h, dans d’autres, l’eau ne coule qu’une seule fois par jour. Cependant, une fois de plus, plusieurs abonnés font face à un manque d’eau, la CWA n’étant pas capable d’ouvrir les valves dans certaines localités en raison des baisses drastiques notées non seulement au niveau des nappes phréatiques et réservoirs, mais aussi des rivières mises à contribution pour pallier le manque d’eau.
D’où la manifestation des habitants de L’Aventure, vendredi et samedi derniers, devant des robinets secs. Des camions citernes ont, certes, sillonné la région pendant quelques jours pour assurer la distribution d’eau, mais les habitants se plaignent de l’eau sale perçue et, qui plus est, à des heures indues. En descendant dans les rues, les habitants de L’Aventure ont réussi, « comme par enchantement », à faire rouvrir les valves.
Ainsi, la foule s’est dispersée aux alentours de 11h30 hier après avoir reçu l’assurance de la CWA que l’eau coulera à nouveau dans les robinets. Le temps pour l’organisme de mettre en place une connexion de tuyau à partir du réservoir de Salazie, via La Nicolière, de même qu’un raccordement du réseau de Camp Thorel et de Constance. Le village, précisément Sivala Road, a également été doté d’un réservoir temporaire qui fera office de fontaine publique, afin que l’eau ne soit distribuée que du réseau de la CWA et qu’elle soit claire et potable. Contrairement à l’eau boueuse reçue par les abonnés, alimentés pendant une semaine par des camions citernes privés. Ce revirement de situation a été rendu possible, selon nos informations, à la suite d’une réunion d’urgence, hier matin, entre le ministre des Utilités publiques, Rashid Beebeejaun; le ministre et député de Flacq, Anil Baichoo, et l’autre député Dhiraj Kamajeet. À Roches Brunes, le problème concernait une Butterfly Valve défectueuse qui a bloqué le remplissage du réservoir Stanley. Immédiatement alertée de la non-distribution d’eau auprès des abonnés de Roches Brunes, la CWA a pris les dispositions nécessaires pour remédier à cette panne.
Back to square one
Bien que la CWA assure une distribution équitable d’eau à travers l’île et a recours à d’autres sources d’approvisionnement dans diverses régions – en mettant des rivières à contribution, par exemple –, la situation devient de plus en plus inquiétante. À ce jour, nos réservoirs ont atteint 50% en moyenne de leur capacité, soit en étant inférieur de 18% à la moyenne de ces dernières années. Et les prochaines grosses pluies ne s’annonçent pas de sitôt. Or, comme l’ont fait remarquer plusieurs observateurs, le 30 mars dernier, à la suite des inondations meurtrières, l’ensemble de nos réservoirs débordait. S’il est un fait que la population mauricienne utilise 170 litres d’eau par tête d’habitant par jour et que les autorités ont mis en place des dispositions pour le captage d’eau, en investissant également dans le remplacement des tuyaux vétustes, aujourd’hui, malgré les campagnes de sensibilisation, le pays se retrouve back to square one, la menace de pénurie d’eau planant sur tous les foyers de l’île.
Pour répondre aux besoins de la population, le ministre Rashid Beebeejaun annonce un renforcement de l’équipe d’urgence de la CWA mandée lorsqu’une région fait face à une distribution inadéquate. Ainsi, au lieu d’une unité d’urgence, trois équipes seront à pied d’oeuvre durant les mois à venir. De même, la CWA étudie d’autres possibilités de raccordement sur son réseau, en vue d’assurer la distribution dans toutes les régions de l’île.