Le tirage au sort prévu ce matin au Mauritius Turf Club (MTC) pour l’octroi des étals, a été renvoyé. Cette décision fait suite à un appel téléphonique hier entre Hyder Raman, président de la Street Vendors Association (SVA), et Aslam Hossenally, lord-maire. par ailleurs, une table ronde est prévue l’année prochaine entre les colporteurs et les membres du conseil.
Hyder Raman a, hier à 20 h, fait part au nouveau lord-maire, Aslam Hossenally, des craintes des marchands ambulants de la capitale. Il a évoqué entre autres le nombre de marchands ambulants qui n’ont pas été convoqués au tirage au sort pour l’octroi des étals alors qu’au sein de la SVA, ils sont connus comme étant des « genuine cases ». Ayant pris connaissance de cette information, le lord-maire a décidé de reporter la date du tirage au sort.
Cette réticence des colporteurs au tirage au sort, selon le président de la SVA, vient du fait que certaines personnes, qui ne figurent pas sur la liste de colporteurs, ont été conviées à cet exercice visant à reloger les marchands ambulants sur le terrain abritant autrefois les anciens locaux de la Central Water Authority (CWA). Hyder Raman relève également que les colporteurs ne pourront y exercer tout de suite car « 40 % des travaux ne sont pas encore achevés ». La SVA a aussi demandé que chaque colporteur bénéficie d’une superficie de 2 m carrés afin de travailler dans des conditions décentes.
Du côté de la mairie de Port-Louis, le conseil examinera cet après-midi le dossier des colporteurs. Une table ronde entre les principaux concernés devrait avoir lieu en début d’année « en vue d’apporter des solutions durables ». « Après discussion avec les membres du conseil, nous établirons un calendrier de travail afin de prendre note des doléances », avance le nouveau lord-maire, Aslam Hossenally. « Nous sommes une nouvelle équipe. Nous avons une vision nouvelle. Nous souhaitons un concept durable pour les marchands ambulants mais pour un travail responsable sur ce dossier, nous aurons à oeuvrer en collaboration avec le gouvernement central », conclut-il.