Le Mahatma Gandhi Institute a célébré avec éclat la Fête de la lumière vendredi avec le spectacle Ananda Jyoti. Les artistes du MGI se sont démenés comme des beaux diables dans des chorégraphies bien réglées. Unis dans un creuset de traditions millénaires, les danseurs ont exécuté des mouvements bien synchronisés dans une débauche de couleurs tant par les costumes et les décors.
Le premier numéro programmé, le Divali Khushiyan Layi Hamari, un morceau a capela, était dédié à la déesse Lakshmi pour célébrer la victoire du bien sur le mal, de la lumière sur l’obscurité et l’unité dans la diversité. L’aura cosmique de Divali et l’ambiance festive ont été mises en exergue à travers les splendeurs du Raga Bhopali. Ils ont ensuite enchaîné avec Ashta Lakshmi Stotram, une danse classique représentant les huit aspects de la déesse Lakshmi. Les danseurs ont dans un mélange d’émotions, de mélodies et de rythmes glorifié les dieux. Multi Coloured Expression s’est voulu une réflexion sur les langues asiatiques parlées par les Mauriciens vivant en paix et en harmonie et dans le respect mutuel.
Kalyana Rama, une danse de Bharat Natyam raconte l’histoire du dieu Ram, le fils de Dasaratha dans une chorégraphie de Mme R. Chetti. La grâce et le style des danseurs à travers des mouvements bien synchronisés révèlent le spirituel à travers le corporel. When Planets Entwine nous a fait voir un bel ensemble retraçant les trois formes de musique enseignées au MGI, le vocal, l’instrumental et le rythme.
Dans Tu Hin Subha Tu Hin Sham, les danseurs ont glorifié le dieu Rama, la personnification de la vérité et de moralité, le fils idéal, le mari idéal et au-dessus de tout, un roi exemplaire.
Le bouquet final a été Shakti, basé sur les mouvements cosmiques et la fusion du mouvement, de l’énergie et du rythme.