Divali, fête de la lumière, sera célébrée, mercredi, à travers le pays. Cette fête, qui avec le temps est devenue symbole de brassage des cultures, est l’occasion pour les Mauriciens, dans un esprit de partage, d’ouverture aux autres et de fraternité, de célébrer la victoire de la lumière qui symbolise le bien sur l’obscurité, relative au mal. Des diyas (lampes en terre cuite), aussi bien que des guirlandes électriques comme chaque année, illumineront maisons et bâtiments et des gâteaux seront offerts aux parents, voisins et amis dans la générosité et la bonne humeur. Car Divali transcende les barrières et a pris une dimension nationale.
Cette fête symbolise aussi la victoire de la connaissance, qui aide à la communion avec les autres, sur l’ignorance, qui sème la divsion.
Des Luxmi Poojas, prières dédiées à Luxmi, déesse de la prospérité, seront dites dans tous les temples du pays. Cette fête vient nous rappeler que l’homme doit quitter les ténèbres pour monter vers la lumière. Les mains jointes pour la prière, dite dans la paix du coeur et de l’esprit, représentent le symbole de l’unité. Divali est célébré le jour de Kartic Amarasya qui tombe généralement durant le mois d’octobre ou de novembre. Ce jour-là, portant des habits neufs, les dévots disent des prières à la déesse Luxmi, symbole de richesse et de la prospérité. Elle réprésente la force cosmique de Vishnu. Divali marque aussi le retour triomphal de Ram après un exil de 14 ans dans la forêt. Pour les aryasamajistes, Divali est le jour où le swami Dayanand obtint le moksha.
Week-end souhaite un « Deepavali Abhinandan » à tous les Mauriciens.