« Une expulsion sans fondement ». C’est ce qu’a déclaré Alan Ganoo, qui se prononçait sur son expulsion du Mouvement Patriotique (MP) lors d’une réunion du bureau national du parti, dans la soirée du dimanche 6 octobre.

Concernant sa décision de soutenir le MSM, le député de la circonscription numéro 14 (Savanne/Rivière-Noire) affirme que personne ne l’a influencé. « Personn pann aste mwa et personn pa kapav aste mwa. Si dimounn ti aste mwa, mo ti pou enn miyarder », devait-il ironiser.

Alan Ganoo a également affirmé « qu’une mise en demeure a été servie à Jean-Claude Barbier et Atma Bumma pour les empêcher d’utiliser le symbole de la rose sans autorisation ».

Tania Diolle, quant à elle, a tenu à expliquer son choix de soutenir Alan Ganoo dans sa décision en faveur du MSM pour les élections générales. « C’est un fait, j’étais soulagée lorsque Alan Ganoo a annoncé qu’il soutiendrait le MSM. Cela fait plusieurs mois que j’ai exprimé des réserves quant à une candidature pour moi avec le Parti travailliste. »

Elle soutient, à cet effet, n’avoir rien contre les membres du MP ou sa direction. Toutefois, elle n’était pas prête à descendre dans une circonscription et « défendre certaines choses dont j’étais contre fondamentalement ».

Par ailleurs, dimanche soir, Jean Claude Barbier a été nommé président du MP.