Médine Ltée a lancé hier son label de légumes, « Jardins de Médine », produits dans les champs/potagers. Elle propose au grand public de la pomme de terre, des carottes, des laitues, de la pomme d’amour et de l’oignon, vendus en sachets ou en filets dans les grandes surfaces. Le groupe consacre en effet 300 hectares à la production de légumes sur un total de 4 000 hectares sous culture du groupe sucrier. La capacité de production annuelle de légumes et de fruits est de 5 000 tonnes, fondée sur une approche d’agriculture raisonnée.
De la mise en terre des graines dans les mottes afin d’obtenir des plantules jusqu’à l’empaquetage, l’équipe de la diversification agricole de Médine nous a amenés cette semaine à la découverte des différentes étapes de production. L’équipe nous a dévoilé tout un procédé méticuleux que le groupe a mis en place en vue d’obtenir des légumes de qualité, le tout basé sur l’approche d’agriculture raisonnée, et nous a également montré l’investissement réalisé dans des infrastructures optimales. « En faisant le choix de fortement investir dans des infrastructures uniques à Maurice pour le tri, le conditionnement et la conservation de ses produits, le pôle agricole de Médine s’est donné les moyens de ses ambitions. Nous sommes le seul producteur local de fruits et légumes à bénéficier d’une certification HACCP pour cette activité et nous savons que les consommateurs font davantage confiance aux cultivateurs qui pratiquent une agriculture raisonnée », déclare Vincent Labal, Managing Director de Médine Agriculture.
La visite commence par l’unité de production des plantules de pomme d’amour, laitue et de giraumon, une méthode encouragée afin d’obtenir des plantes uniformes dans les champs. Ce procédé permet d’économiser un mois de travail sur les champs et d’avoir un meilleur contrôle sur les mauvaises herbes. Mais avant cela, un petit détour par l’unité où se trouve la presse motte qui produit les petites mottes qui vont accueillir les graines des futures plantules pour le processus de germination.
La prochaine visite est aux champs de Cascavelle, un des cinq potagers permanents de Médine. Romesh Beeharry, le responsable de production, souligne que la mécanisation a beaucoup facilité la récolte et le travail dans les champs. Au total, dit-il, ce sont 25 personnes qui travaillent de manière permanente sur ces 5 potagers.
Grâce à un système de rotation utilisé sur les champs, il est possible de cultiver différents légumes en différents cycles, selon la demande en consommation et aussi la saison. L’hiver, par exemple, est mieux adapté pour la culture de l’oignon et de la pomme de terre. « Nous suivons la rotation très méticuleusement », explique-t-on.
Une des agronomes nous parle des différentes méthodes utilisées dans les champs, notamment où on y fait appel aux méthodes de lutte intégrée (Integrated Pest Management) qui comporte la lutte physique, culturale, variétale, chimique et biologique ; un ensemble de méthodes de protection phytosanitaire contre les ennemis des cultures. À cheval sur le respect des normes recommandées par les instances telles que l’Agricultural Research & Extension Unit (AREU) et le Mauritius Sugar Industry Research Institute (MSIRI) pour les procédés agricoles ou l’encore l’utilisation de produits.
La prochaine étape est l’unité de conditionnement et de stockage où se trouvent entre autres les lignes de triage des produits récoltés aux champs. La pomme d’amour par exemple est séparée selon les couleurs, lavée et stockée dans la chambre froide. De même que les carottes ; celles de mauvaise qualité et pas conformes aux normes iront au compostage. Les oignons aussi sont triés manuellement et mis en sac de 25 kg. Lors de l’étape du dernier triage des oignons, ils sont mis en sachets/filets d’1 kg ou 2 kg. La pomme de terre est aussi proposée en filet de 2 kg. Le stockage en chambre froide, permet de plus, d’augmenter la shelf-life dans les supermarchés et assurer à la clientèle des produits de qualité constante.
De 1 200 à 5 000 tonnes produits par an
Cela fait depuis 2002 que le groupe Médine s’est lancé dans la production de légumes en y dédiant une soixantaine d’hectares avec une production de 1 200 tonnes par an. Le groupe a investi ces dernières années dans la modernisation de ses outils de production et a renforcé son équipe de professionnels dans la production vivrière afin d’être en mesure de produire 5 000 tonnes de fruits et légumes par an.
Le pôle agricole de Médine lance ainsi aujourd’hui son label de légumes, disponibles en soft launch dans une vingtaine de supermarchés de l’île. « Nous avons eu des débuts encourageants », note Bruno Piat, General Manager, Cultivation & Diversification. L’approvisionnement est fait à raison de deux fois par semaines afin de maintenir la fraîcheur des produits jusqu’aux consommateurs. Dans une deuxième étape, le groupe espère viser les restaurants et hôtels et doubler la distribution dans les grandes surfaces distribuant le label.
Ce sont des légumes de qualité grade 1 qui sont mis sur le marché. « En développant notre label, nous assurons d’une part la qualité aux consommateurs et de l’autre des produits sains… Les gens connaissent aussi la réputation de Médine. Les produits branded donnent l’assurance aux consommateurs qu’il s’agit de produits de qualité », souligne Jean-Philippe Lenferna, Marketing & Sales Manager.