Il faut d’emblée se dire que la séparation entre Randhir Pertaub et son unique et seul propriétaire, Vicky Veeramootoo, résonne comme une claque au conseil d’administration du Mauritius Turf Club (MTC) qui, visiblement, s’est trompé dans ses calculs et n’avait pas bien étudié ce dossier avant d’allouer une nouvelle écurie à ce tandem qu’il croyait inséparable. Certains disent même que le nom du Premier ministre, Navin Ramgoolam, avait été utilisé pour justifier cette décision qui avait laissé d’aucuns perplexes dans le monde hippique.
Nous voilà donc en présence, à mi-parcours de la saison 2014, d’une écurie avec un entraîneur qui n’est propriétaire d’aucun coursier puisque Vicky Veeramoothoo a officiellement transféré 14 de ses chevaux de l’écurie Hurlywood. Une hémorragie qui est loin d’être terminée puisque, selon le site même du MTC, d’autres chevaux quitteront Randir Pertaub d’ici à la fin de la semaine. En effet, la séparation entre deux “frères” est visiblement consommée puisqu’à ce jour 14 chevaux ont déjà quitté l’écurie Hurlywood pour rejoindre le yard de Vincent Allet. Il s’agit nommément de Ice Axe, Terminator, Arabian Empire, Axis of Anarchy, Captain Tempest, François Bernardus, Genuine Leather, Kishimoto, Master Mascus, Ridge Too Far, Shahruhk, Steetbouncer, Win A Million et Wind Trip.
Une dizaine de chevaux de PFK chez Pertaub
Que va-t-il se passer maintenant qu’il est clair que Randhir Pertaub n’a pas les moyens pour fonctionner et que seuls les chevaux qui sont en action ce dimanche dans la 27e journée sont encore sous sa responsabilité ? « Je suis dans le même fighting mood qu’au départ. Il est vrai de dire que le départ des chevaux de Vicky Veeramootoo n’est pas une bonne chose pour mon écurie, mais je me suis très vite adapté. J’ai déjà fait l’acquisition de cinq chevaux d’Afrique du Sud et mon ami Stéphane Tin apportera ses chevaux chez moi. Donc c’est business as usual, le temps que je renforce mon effectif », a soutenu avec force Randhir Pertaub à Week-End dans la journée d’hier.
Sauf que ce Stéphan Tin n’est pas un inconnu au Champ de Mars, et on peut même dire que parmi les propriétaires de chevaux, il est considéré comme celui qui sanz kazak pli souvan. En effet, jusqu’à tout récemment, il était membre à l’écurie Perdrau tout en ayant un pied au sein de l’écurie Foo Kune. À valeur du jour, les chevaux qui vont rejoindre le yard de Randir Pertaud sont actuellement dans les boxes de l’écurie Foo Kune.
Est-ce à croire que Paul Foo Kune profite de l’occasion pour asseoir son pouvoir et  étendre ses tentacules ambitieuses sur certaines écuries ? « Ce n’est pas vrai de dire que Paul Foo Kune est en train de m’aider », répond Randhir Pertaub à cette question, qui précise toutefois que le jockey Bennedict Woodworth reste au sein de l’écurie. Mais ceux qui sont dans les secrets des dieux avancent qu’une dizaine de chevaux de l’écurie Paul Foo Kune se joindra dans un premier temps à l’écurie Hurlywood en attendant la saison prochaine. Un numéro de chaises musicales que le gouvernement, par la voix du Premier ministre, ne voulait pourtant pas. « The musical chair of jockeys from one stable to another within the same racing season will not be allowed anymore », avait soutenu  Navin Ramgoolam à l’Assemblée nationale.
Mais le MTC de Gilbert Merven voit normale la continuation de ce petit jeu malsain au sein de la communauté des propriétaires. Car la démarche de Stephen Tin (propriétaire officiel de Dustan, Moon Raider, Ek Tha Tiger et Rider Cup, entre autres) n’a pas que bouger ses chevaux, il a juste fait un prêt le temps de trouver des solutions puisqu’au final — comme cela a été le cas avec l’écurie Perdrau — ils reviennent toujours au bercail, c’est-à-dire à l’écurie Paul Foo Kune. Du reste, le propriétaire Tin est toujours dans la loge de ce dernier et contrairement au souhait du gouvernement, il semblerait que Paul Foo Kune jouit toujours d’une bonne couverture au Champ de Mars et que les actions demandées par le PM n’ont pas été prises.
La réalité est tout autre au Champ de Mars, où l’on se demande même si l’ État s’est bien fait comprendre auprès du conseil d’administration du MTC. À croire que non puisqu’il semblerait que ce même MTC ne se souvient plus de ses communiqués émis dans le sillage de cette honteuse course de Gemmayze Street. Rappelez vous : « Le conseil d’administration du MTC a rencontré M. Paul Foo Kune pour passer en revue les récents incidents, et a vu ensemble les dispositions prises par l’écurie Paul Foo Kune pour s’assurer que ces incidents ne se reproduisent pas. Le conseil d’administration a demandé à M. Paul Foo Kune de ne pas prendre d’engagements pour la prochaine saison. M. Paul Foo Kune a aussi informé le conseil d’administration qu’il réfléchit à l’avenir de son écurie. »
Les coups contiunent
Primo, il semblerait que nous sommes retournés à la case départ et que cet avertissement de « s’assurer que ces incidents ne se reproduisent pas » n’est plus d’actualité car, samedi dernier, lors de la 26e journée, le nouveau jockey de l’écurie Paul Foo Kune, Sherman Brown, qui avait été refoulée dans un premier temps de l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam, a été l’auteur d’une monte peu judicieuse, pour ne pas dire scandaleuse, sur le grand favori, Roman Manner.
Même s’il a été questionné par le Chairman des Stipes qui remplaçait Stéphane de Chalain samedi dernier, Sherman Brown n’a rien pris comme sanction. Comme quoi, la série des montes scandaleuses à l’écurie Paul Foo Kune continue sans que personne au MTC ne trouve à en redire.
Secundo, concernant la phrase « le conseil d’administration a demandé à M. Paul Foo Kune de ne pas prendre d’engagements pour la prochaine saison », nous avons bien peur que ce dernier a déjà pris des dispositions, voire des engagements, pour justement placer tous ses chevaux ailleurs, avec sans doute comme objectif de se retirer physiquement des paddocks dans le sillage de la commission d’enquête avec en plus une posture où il pourrait tout contrôler sans avoir à rendre des comptes à quiconque. Déjà dix chevaux sont annoncés à l’écurie Pertaub, alors que les autres, prétendent les mauvaises langues, rejoindront le yard de l’écurie Serge Henry qui serait, dit-on, dirigé par un ex-jockey qui travaille déjà pour… Paul Foo Kune, Simon Jons.
Vous avez dit des changements au Champ de Mars ? Peut-être, mais ce serait des changements cosmétiques et le résultat final sera du pareil au même. Et ce n’est pas l’actuel président Gilbert Merven qui nous dira le contraire car, lui- même, il a l’intention de continuer, même s’il ne sera pas à la présidence, comme il l’avait fait par le passé. À moins qu’avec la nouvelle alliance, Paul Bérenger ne vienne jouer les trouble-fête ! Ce qui est bien possible, et souhaitable, dans l’intérêt même du Mauritius Turf Club et de l’industrie hippique à Maurice.