En vacances à Maurice au début de l’année dernière, elle avait annoncé qu’elle préparait son deuxième album en tamoul, Parakkiraen. De retour depuis un mois pour le lancement, Vaanu Pillai, une Mauricienne établie en Angleterre depuis 15 ans, en profitera pour faire quelques scènes. La première, organisée par la Mauritius Tamil Temples Federation, est prévue pour les célébrations marquant le nouvel an tamoul, le mardi 14 avril au Indira Gandhi Centre for Indian Culture (IGCIC), à Phoenix. Ce sera une occasion de découvrir l’univers pop-rock tamoul de la chanteuse et de son groupe issu de l’Inde, Dodo Crew.
Du pop-rock tamoul… Le genre est peu connu à Maurice, comme le confirme Vaanu Pillai, qui a pendant longtemps évolué dans le milieu local avant de commencer à voyager entre l’Inde et l’Angleterre il y a 15 ans. Pour elle, quand on parle de chanson tamoule ici, on a tendance à s’orienter vers la devotional music. Or, dit la jeune chanteuse, c’est un style qui peut être exploité sous des registres différents. Ce n’est pas nécessaire de rester dans le traditionnel, poursuit-elle. À travers Parakkiraen, son album, la chanteuse a justement prouvé que cela était possible et “qu’on peut aller au-delà que ce qu’on a toujours imaginé pour la chanson tamoule”. Vaanu Pillai, qui n’a connu que les chansons traditionnelles durant son adolescence, dit que cela lui a pris du temps pour élargir son horizon et pouvoir s’aventurer vers d’autres genres tout en gardant le côté “classique” du style tamoul. Il lui a fallu côtoyer des musiciens étrangers avec des influences diverses pour maîtriser la “fusion”. “Des rencontres qui ont été bénéfiques autant pour ma personnalité d’artiste que pour ma musique”.