Maurice a gagné cinq places dans le classement 2013 de Doing Business, rapport préparé conjointement par la Banque mondiale et sa filiale, la Société financière internationale et qui a été rendu public tôt ce matin. Maurice est passée de la 24e à la 19e place sur un total de 185 pays, une progression attribuable en grande partie à l’amélioration marquante de sa performance au niveau du sous-indice « Obtention de prêts » où elle est passée de la 80e à la 53e place. Singapour se maintient en tête du classement mondial devant Hong Kong alors que Maurice conforte sa position de leader en Afrique subsaharienne.
Le rapport 2013 de Doing Business, qui est à sa dixième édition, indique que Maurice a fait mieux que l’Allemagne (20e), l’Arabie Saoudite (22e), le Japon (24e), la Lettonie et la Macédoine, des pays qui l’avaient devancée dans le classement 2012. Maurice a assuré sa remontée grâce à ses bonnes performances sous les chapitres « Obtention de prêts » avec un gain de 27 places et du « Règlement de l’insolvabilité » (de la 83e à la 64e place). Pour ce qui est des autres indicateurs, les changements suivants sont relevés : « Transfert de propriété » (de la 66e à la 60e place), « Paiement des impôts » (de la 13e à la 12e), « Commerce transfrontalier » (de la 16e à la 15e). Maurice a maintenu ses rangs sous les sous-indices « Raccordement à l’électricité » (44e) et « Protection des Investisseurs » (13e). Il a, cependant, perdu deux places sous les indicateurs suivants : « Création d’entreprise » (14e), « Octroi de permis » (62e) et « Exécution des contrats » (58e).
Selon le relevé de la BM/SFI, Maurice a fait nettement mieux que bon nombre de pays africains. L’Afrique du Sud, 2e du classement pour l’Afrique subsaharienne, a cédé quelques places pour se retrouver 39e. Cela a été aussi le cas pour le Rwanda (52e), le Botswana (59e), la Namibie (87e) et la Zambie (94e). Le Ghana en revanche s’est accroché à sa 64e place. La meilleure opération est à mettre à l’actif des Seychelles, qui classées 104e sur 183 pays en 2012, sont remontées à la 74e place.
Outre Singapour et Hong Kong, les pays figurant dans le Top 10 de Doing Business 2013 sont dans l’ordre : Nouvelle Zélande, États-Unis, Danemark, Norvège, Royaume-Uni, République de Corée, Géorgie et Australie. On note que des pays développés et émergents comme l’Allemagne, le Japon, la Suisse, les Pays-Bas, la France, la Chine, le Brésil et l’Inde sont classés après Maurice.
Selon le rapport de la BM et de la SFI, les entrepreneurs locaux dans les pays en développement considèrent qu’il est plus facile de faire des affaires aujourd’hui qu’au cours des 10 dernières années, cela au vu des importantes améliorations apportées à la réglementation des affaires à travers le monde. Les auteurs du rapport ont recensé près de 2 000 réformes de la réglementation des affaires mises en oeuvre dans 180 pays. Depuis 2005, indique-t-on, le temps moyen pour créer une entreprise a chuté de 50 à 30 jours et, dans les économies à faible revenu, le temps moyen a été réduit de moitié. La BM et la SFI observent que pour effectuer un transfert de propriété, le temps moyen est passé de 90 à 55 jours avec une réduction du coût. Par ailleurs, il y a eu ces dernières années des améliorations pour simplifier le paiement des impôts.
« Au fil des ans, les gouvernements ont fait d’importants progrès pour améliorer leur réglementation des affaires et pour réduire l’écart qui les sépare des meilleures pratiques au niveau mondial », a déclaré Augusto Lopez-Carlos, directeur de l’unité de recherches sur les indicateurs et d’analyses du groupe de la Banque Mondiale. Augusto Lopez-Carlos a ajouté : « Bien que les réformes que nous mesurons ne donnent qu’une image partielle du climat économique d’un pays, elles sont essentielles pour améliorer les principales performances telles qu’une croissance rapide de l’emploi et la création de nouvelles entreprises. »
Passant en revue la performance des économies africaines, la BM et la SFI notent que 17 des 50 pays, qui au plan mondial ont amélioré le plus leurs réglementations des affaires depuis 2005, se trouvent en Afrique subsaharienne.
« Depuis la publication de la première édition, un grand nombre de réformes ont été enregistrées en Afrique », constatent les auteurs du rapport. Entre juin 2011 et juin 2012, 28 des 46 gouvernements africains ont entrepris au moins une réforme. Avec quatre réformes l’année dernière, le Burundi se retrouve dans le Top 10 des économies ayant amélioré au moins trois des domaines mesurés par Doing Business. « Malgré ces avancées, beaucoup reste à faire pour permettre aux économies africaines de bâtir un secteur privé robuste et compétitif. Le classement moyen dans la région en matière de facilité de faire des affaires est de 140 sur 185. L’île Maurice et l’Afrique du Sud sont les seules économies africaines figurant parmi les 40 premières à l’échelle mondiale », soulignent la BM et la SFI.
La direction de la Banque Mondiale place Maurice parmi les 17 économies africaines qui se sont le plus améliorées depuis 2005, les autres étant : Rwanda, Burkina Faso, Mali, Sierra Leone, Ghana, Burundi, Guinée-Bissau, Sénégal, Angola, Madagascar, Mozambique, Côte d’Ivoire, Togo, Niger, Nigeria, Sao Tomé-et-Principe.
Par ailleurs, le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, fera une intervention demain au siège du Board of Investment sur le contenu du rapport Doing Business 2013. Dans une déclaration au Mauricien ce matin, Xavier-Luc Duval s’est félicité de la progression enregistrée par Maurice dans le classement de l’édition 2013 de Doing Business : « Je suis très satisfait de la performance du pays. Je me suis occupé personnellement de ce dossier depuis mon arrivée aux Finances et ce avec l’apport des cadres du BoI, de la Banque de Maurice et de mon ministère. C’est une performance qui ne peut que contribuer à l’amélioration de l’image du pays au plan mondial aussi bien que régional. Elle démontre que Maurice est un pays phare du Top 20 des pays avant-gardistes en matière de facilitation des affaires ».