En dépit d’une réunion, mercredi dernier, avec les habitants et officiers du District Council dans le but d’apporter des éclaircissements, les promoteurs du Domaine du Gris-Gris (Sagiterra) ne sont pas parvenus à rassurer les habitants de la région qui, se disant toujours dans le flou, continuent de s’insurger contre la construction du morcellement résidentiel. Dans un communiqué qu’il nous a envoyé, Bernard Desveaux de Marigny, directeur général de Sagiterra, donne des éclaircissements « quant au soin apporté à la réalisation de cette opération et à ma volonté de ne pas porter atteinte à l’environnement, au paysage et à la tranquillité des lieux. »
Sollicité pour exprimer les griefs, angoisses et incertitudes des habitants de Souillac, le travailleur social Georges Ah-Yan a rejoint les forces vives du village. Le Mahébourgeois n’y va pas avec le dos de la cuillère lorsqu’il s’agit, d’une part, de commenter la réunion qui s’est tenue mercredi dernier au Batelage avec les promoteurs et, d’autre part, de l’immense inquiétude des habitants par rapport à ce projet de développement.
« La réunion n’était qu’un monologue. C’était une réunion éclair de 40 minutes, qui n’a pas donné l’occasion aux habitants de s’exprimer », dit-il. Ce jour-là, le promoteur avait convié les stakeholders, les habitants et le District Council afin de soutenir que tous ses permis de construction sont conformes à la loi.
Or, le porte-parole des Forces vives de Souillac se désole qu’après cette rencontre, le flou demeure toujours. « Lors de cette réunion, nous avons eu l’impression que les officiers du Conseil de District n’étaient même pas au courant du projet. » Ainsi, ajoute-t-il, « si le promoteur détient toutes les autorisations légales nécessaires, nous lui demandons un true and certified copy de ces documents afin de dissiper le flou. Si rien n’est fait, nous envisageons d’organiser une manifestation de Surinam jusqu’au site et, par la suite, une série de meetings dans le Sud, à commencer par le parking de Gris-Gris, les villages Tayak, Valentina, Rivière des Anguilles, Chemin Grenier, Surinam, Chamouny et Souillac, afin de sensibiliser les habitants », dit le porte-parole.
Les réactions fusent. Pour Amba Maureaye, qui fait partie des 2,400 signataires pour la pétition, «valèr Gris-Gris, c’est ça falaise-là. C’est ène place touristique; ici, plusieurs films fine tourné. Zot pé ferme ène accès qui existé depi lontan. Si éna noyade, même Coast Guard pas pu capav gagne accès. »
Julio Deiana, un autre membre des Forces vives, fait part de ses inquiétudes quant à la promenade sur la falaise: « Ce n’est pas possible. À cause de 36 personnes qui vont vivre ici, on ne pourra plus jouir de cette falaise-là. En fermant cette promenade sur la falaise, on nous interdit d’accéder à un domaine public. La falaise de Gris-Gris, cela n’appartient pas à Souillac mais à tous les Mauriciens. » Et à Sylvie Deleusse d’ajouter: « Ils sont en train d’amputer Souillac de sa plus belle balade. »
Georges Ah-Yan souhaite avoir une deuxième rencontre avec le promoteur afin de « mette tou au clair parski réunion-là ine mett nou dans le flou. Nou démane li done nou bann documents, invite district council et ministère de l’environnement. »
Et c’est dans le but de mettre les choses au clair que Bernard Desveaux de Marigny nous a envoyé un communiqué dans lequel il affirme que « plusieurs critiques non fondées ont été formulées (Ndlr: référence est faite à l’article paru dans l’édition de Week-End du 22 avril 2012, pg 14), probablement par ignorance, à l’encontre d’un projet résidentiel à Souillac, le Domaine du Gris Gris, développé par Sagiterra pour le compte de The Union S.E. Co Ltd. »
Il mentionne que « ce projet résidentiel obéit à un cahier-des-charges strict dans le but de respecter le caractère des lieux et la nature environnante. Ainsi, la surface autorisée des constructions au sol, la hauteur des constructions, le style architectural, le choix des matériaux et des couleurs seront strictement réglementés et contrôlés. De plus, les futurs propriétaires seront regroupés dans une association syndicale garante du respect de ce cahier des charges, et le Domaine sera géré par un Syndic. »
Pour ce qui est de la situation prévalant jusqu’ici avec un écoulement naturel des eaux vers la plage du Gris Gris, il précise que « la totalité des eaux de surface (eaux pluviales) seront canalisées à l’intérieur du Domaine et dirigées par l’intermédiaire du réseau de drains construit par le promoteur, dans des puits d’absorption. Ces derniers seront eux aussi situés à l’intérieur du lotissement, de sorte que les eaux de surface ne pourront en aucun cas être déversées sur les falaises ou la plage en contrebas. Ces eaux auront au préalable transité dans un desiltration/hydrocarbon trap afin de les débarrasser de toute pollution résiduelle avant d’être déversées dans les puits d’absorption. L’ensemble de ce réseau sera entretenu et géré par le Syndic. Quant aux eaux usées, elles seront évacuées et traitées dans des fosses septiques individuelles comme dans tout projet résidentiel qui se respecte, conformément à la législation en vigueur dans notre pays. »
Par conséquent, « cette opération ne menace donc pas du tout les écosystèmes terrestres ou marins situés en contrebas, la totalité des rejets étant contenus et traités à l’intérieur du Domaine. »
Le communiqué précise aussi que ce projet ne touchera en aucune façon à la forêt de filaos qui le borde à l’avant, car aucun arbre ne sera abattu pour sa réalisation. « De même, aucun mur ne sera érigé le long des Pas Géométriques, seule une clôture métallique qui se fondra dans la végétation environnante, viendra matérialiser la délimitation entre les espaces publics et les espaces privés à l’avant du Domaine. La libre circulation des marcheurs et des promeneurs dans la forêt de filaos sur les Pas Géométriques ne sera nullement entravée par la réalisation du projet. En effet, l’itinéraire piétonnier menant du parking de la plage publique à la Roche qui Pleure à travers le bois de filaos ne sera pas interrompu. »
Selon le communiqué, « la réalisation de ce projet permettra par ailleurs de venir régler un problème de parking sauvage voire anarchique bien connu des riverains sur les Pas Géométriques aux abords du Foyer de l’Unité, principalement les week-ends et jours de congés publics. En effet, le promoteur du Domaine, The Union S.E. Co Ltd, a prévu l’aménagement, à ses frais, d’un parking éclairé d’une vingtaine de places, et d’un nouvel accès au Foyer de l’Unité, lequel desservira également le parking, en remplacement du chemin actuel non bitumé de 3.50m de large, beaucoup trop étroit pour permettre à deux véhicules de se croiser. Ce nouvel accès, de 6.00 m de large, sera aménagé en bordure du Domaine. Il sera asphalté et équipé de lampadaires, de trottoirs et de réserves paysagées. Enfin, il va sans dire qu’avant le démarrage des travaux, toutes les autorisations nécessaires pour la réalisation de ce projet ont été obtenues des autorités concernées, et notamment du Morcellement Board.
Le promoteur tient, de par les éclaircissements apportés, à rassurer les Forces vives de Souillac, le public en général, ainsi que les autorités concernées quant au soin apporté à la réalisation de cette opération et à sa volonté de ne pas porter atteinte à l’environnement, au paysage et à la tranquillité des lieux.
Sagiterra, qui compte 12 années d’expérience dans le développement foncier à Maurice, jouit d’une expertise et de compétences accrues qui lui ont permis de développer avec succès d’importants projets tels que le Domaine de Bon Espoir, le Domaine de Belle Vue, Les Vieux Banians, le Beau Plan Business Park, entre autres. Sagiterra a forgé sa réputation sur les valeurs d’intégrité et de professionnalisme de son équipe. En s’assurant que les normes de qualité sont respectées lors de chacune des étapes de ses projets, Sagiterra prouve sa parfaite maîtrise des procédures, son expertise du terrain et la transparence de ses activités. »