Dans le cadre de son engagement pour les enfants vulnérables, ENL Foundation a remis hier une Suzuki Celerio à la Society for Aid to Children Inoperable in Mauritius. Cette voiture permettra à l’infirmière de l’organisation de rendre visite aux enfants malades et de les conduire à la clinique pour leurs différentes investigations avant leur départ pour l’étranger. L’association, qui compte 45 ans d’expérience, a envoyé 664 enfants à l’étranger pour des traitements médicaux à ce jour.
À travers ce geste, ENL Foundation tient à apporter sa contribution pour soulager la souffrance des enfants malades. Pour Mario Radegonde, manager d’ENL Foundation, c’est aussi l’occasion de rendre hommage à ceux qui ont donné généreusement de leurs temps et de leurs compétences pour ces enfants. « Nous espérons que cette contribution vienne alléger vos soucis de déplacement », a-t-il précisé.
Neena Ramdenee, présidente de la Society for Aid to Children Inoperable in Mauritius (SACIM), a de son côté souligné que ce don d’ENL Foundation vient à point. Car l’association, tombée quelque peu dans l’oubli ces derniers temps, tient à rappeler qu’elle peut venir en aide aux familles en difficultés. « Cette voiture permettra à notre infirmière de rendre visite aux enfants et en même temps de faire véhiculer notre message. »
La présidente de la SACIM indique que la SACIM s’occupe des enfants avant leur intervention à l’étranger, aussi bien qu’après. « Il y a un suivi. Dans certains cas, les enfants doivent repartir pour d’autres interventions. »
La SACIM cherche également la collaboration de médecins et sa présidente dit regretter que parfois certains praticiens choisissent des solutions de facilité. « Nous avons une petite fille dont le médecin de l’hôpital avait dit à ses parents qu’il fallait lui couper les pieds. Nous nous sommes occupés de cet enfant ; elle a subi six opérations et passé 10 mois en Inde, pour cela. Aujourd’hui, elle marche. »
Valérie Bouic, une des fondatrices de la SACIM, rappelle de son côté qu’à sa création, l’organisation prenait surtout en charge des enfants avec des problèmes cardiaques. Or, de nos jours, ces traitements sont disponibles à Maurice. Ces dernières années, le plus grand nombre de cas traités par la SACIM concerne des problèmes orthopédiques et ophtalmiques. Valérie Bouic invite toutefois les parents à s’y prendre tôt, car l’enfant a plus de chance d’être traité.
La SACIM génère des fonds pour les opérations à l’étranger principalement auprès des entreprises et des dons du public. « En 1992, nous avions un cas urgent d’un enfant qui devait partir très vite et nous avons pu lever Rs 1 million en une semaine. » Valérie Bouic témoigne ainsi de la générosité des Mauriciens, mais également de l’intégrité de la SACIM. « Nous sommes là depuis 45 ans et les gens nous connaissent. »
Cette collaboration avec ENL Foundation a été marquée d’une coïncidence. Thierry Collard, l’un des sales representatives d’Axess, concessionnaire de la marque Suzuki, a reçu l’aide de la SACIM par le passé. « J’avais un mois et je suis parti, seul, sans les parents, pour une intervention cardiaque en Australie. Je suis très reconnaissant envers la SACIM. Aujourd’hui je me porte bien. »
Précisons également qu’Axess a vendu la voiture à ENL Foundation au prix coûtant. C’est Jean-Marc Espitalier-Noël, Business Development Manager, qui a remis les clefs de la voiture à la présidente de la SACIM.