Kate Foo Kune

C’est une affaire qui n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre. L’échantillon A d’un contrôle relevé positif à l’échantillon A (stéroïde) aux Championnats d’Afrique du Nigeria, la meilleure badiste de l’île, voire continentale, Kate Foo Kune, attend maintenant de connaître le résultat de l’échantillon B. Selon l’Association mauricienne de badminton (AMB), Sharma Nundah, ce résultat est attendu cette semaine.

Ainsi, le dénouement est proche à en croire Sharma Nundah par rapport à l’épée de Damoclès qui est suspendu au cou de la badiste. « Nous n’avons encore rien reçu. Nous sommes toujours dans l’attente et j’espère que cette situation se décantera au plus vite », souligne-t-il. Mais comme nous l’avions mentionné lors de notre édition précédente, la fédération était bien au courant de ce problème, et ce, bien avant les Internationaux de Maurice (13-16 juin). « J’ai été effectivement informé bien avant. La Badminton World Federation (BWF) a fait parvenir l’information à la fédération et au joueur (e) concerné (e) », précise-t-il.

Alors pourquoi Kate a-t-elle pris part aux Internationaux de Maurice ? Et comment se fait-t-il que l’AMB n’ai pas pris la décision de ne pas l’engager dans ce tournoi aussi bien qu’aux Internationaux de Côte d’Ivoire qui se jouent actuellement ?. « Nous n’avons pas le pouvoir de procéder ainsi. Si la joueuse a fait appel pour l’échantillon B, nous devons respecter le protocole. Il y a toujours la présomption d’innocence tant que ça n’a pas été prouvée », soutient-t-il. Il n’empêche que, la fédération se retrouve tout de même dans une position compliquée à 12 jours, des JIOI.

Car au cas où l’échantillon B des analyses de Kate Foo Kune est confirmé par rapport à l’échantillon A, l’AMB n’aura pas droit choix que de trouver un remplaçant au porte-drapeau des derniers Jeux olympiques de Rio (Brésil) qui compte, rappelons-le, trois médailles d’or aux JIOI de 2015. La responsabilité de sauver les meubles reviendrait alors à l’expérimentée Shama Aboobakar, qui a soufflé hier ses 35 bougies, détentrice de 10 médailles aux JIOI.

« Nous avons sollicité Shama Aboobakar pour rejoindre la sélection nationale»,confirme notre interlocuteur. Mais il ne faut pas non plus oublier que Shama Aboobakar a pris sa retraite du sport de haut niveau il y a trois ans. Et elle n’a recommencé à s’entraîner que depuis quelques semaines. Insuffisant, somme toute, pour être au top à l’heure où débuteront les Jeux. « Nous allons prendre le risque. Elle a l’avantage d’avoir beaucoup d’expérience. Nous évoluons à domicile. Il y a 4 ans, nous avions fait carton plein. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser filer des médailles », avoue Sharma Nundah.

Quoi qu’il en soit, c’est dans une course contre-la-montre que la fédération s’est engagée car, qu’on le veuille ou non, la sélection nationale de badminton n’aura pas aussi fière allure qu’à La Réunion. L’AMB, jadis sans problème, est en train de naviguer en eaux troubles.