L’enquête de la Police des Jeux (PDJ) pour faire la lumière sur un cas allégué de dopage du cheval Aspara, de l’écurie Gilbert Rousset, a connu un important développement aujourd’hui avec trois individus, dont un policier, interpellés aux Casernes centrales. Ce matin encore, il y avait très peu d’informations concernant leur implication dans ce cas de tricherie, mais une source proche du dossier avance que ces trois protagonistes « ne travaillent pas » pour Gilbert Rousset. Ces derniers sont soupçonnés d’avoir influencé le palefrenier Lavish Lallbeeharry, 24 ans, pour administrer une substance illicite à Aspara avant sa course gagnante du 26 mai, où le cheval était un “outsider” avec une cote de Rs 900.

Dans un premier temps, le jeune homme avait nié toute implication dans cette affaire. Mais le palefrenier a commencé à se mettre à table en début de semaine en avouant des informations sensibles aux enquêteurs. La PDJ n’écarte pas la possibilité que ces trois protagonistes soient arrêtés et conduits en justice pour une inculpation provisoire. Une parade d’identification entre Lavish Lallbeeharry et le trio n’est pas à écarter.

C’est la semaine dernière que cette affaire a éclaté quand le Mauritius Turf Club a fait état d’un possible cas de dopage impliquant le cheval Aspara suite à l’analyse de son urine par le laboratoire Quantilab. L’entraîneur Gilbert Rousset a alors demandé une contre-analyse des échantillons. « Je retire tous ses chevaux qui devaient courir le samedi 2 juin pour protéger au maximum l’intérêt des turfistes et l’intégrité des courses », avance-t-il dans un communiqué. L’affaire est référée à la PDJ, qui a arrêté le palefrenier Lavish Lallbeeharry vendredi. C’est le deuxième cheval qui est testé positif à un produit interdit cette saison pour l’écurie Rousset après Maxamore, lui aussi vainqueur lors de la 7e journée.