Le palefrenier de l’écurie Rousset Lavish Lallbeeharry, âgé de 24 ans, a recouvré la liberté contre une caution de Rs 10 000 et la signature d’une reconnaissance de dettes de Rs 200 000 dans le cadre de l’enquête de la Police des Jeux (PDJ) initiée pour faire la lumière sur un cas allégué de dopage du cheval Aspara avant sa course gagnante du 26 mai dernier. Le jeune homme a comparu devant la cour de district de Port- Louis hier, mardi 12 juin.

Cette affaire a éclaté en mai quand le Mauritius Turf Club a fait état d’un possible cas de dopage impliquant le cheval Aspara suite à l’analyse de son urine par le laboratoire Quantilab. L’entraîneur Gilbert Rousset a alors demandé une contreanalyse des échantillons. L’affaire a alors été référée à la PDJ, qui a arrêté le palefrenier Lavish Lallbeeharry le 1er juin.

Après avoir nié toute implication dans cette affaire, le jeune palefrenier a finalement avoué avoir injecté une substance non autorisée au cheval Aspara après avoir été influencé par trois individus, dont un policier. Le constable Rishiraj Dauhoo et Mohammad Irshad Ali Mowlah, suspects dans cette affaire, ont eux aussi été libérés sous caution en début de semaine. Aspara est le deuxième cheval à avoir été testé positif à un produit interdit cette saison pour l’écurie Rousset après Maxamore, lui aussi vainqueur lors de la 7e journée.