Du haut de ses 158 cm, Doréthane Agathina est une jeune femme épanouie. À 20 ans, elle a déjà accompli une partie de ses rêves en participant au WABBA World en Italie, l’une des principales rencontres des fédérations de culturisme au monde. Férue de sport, elle laisse de temps en temps ses machines de musculation pour s’adonner à l’athlétisme. Compétitrice, elle participera cette année à la Cup of Titans à La Réunion.

Des trophées posés sur la vitrine du salon et des médailles suspendues sont les témoins de son parcours et de celui de sa maman. “Mon père et ma mère m’ont toujours emmenée faire du sport. Je me souviens qu’en primaire, quand je participais à la journée sportive, je n’étais pas la première mais j’adorais çaʺ, dit cette habitante de Rose Belle, issue d’une famille de sportifs. Le sport est inné chez Doréthane Agathina. La championne a tout essayé : la course, le saut, le lancer et la marche, entre autres. “J’ai tout essayé pour, au final, faire du sprint. J’avais perdu lors de ma première participation au tournoi intercollège. Puis, l’année suivante, j’avais réussi”, raconte cette ex-élève de France Boyer SSS et du Modern College.

Avec sa soeur Élodie

L’athlétisme à 12 ans.

Plusieurs années après, elle a toujours en elle cette soif de continuer et s’essaie au culturisme une première fois en 2015. Peu à peu, elle commence à prendre du plaisir à faire de la musculation. “J’ai connu des jours où je n’en pouvais plus. Puis un jour, en arrivant à la salle de gym que je fréquente, on m’informe qu’il y aura bientôt une compétition de culturisme. Je ne savais pas trop si je devais y aller car participer à une telle compétition signifie que je dois aussi me mettre en bikini. J’étais complexée par ma hernie ombilicale”, dit celle qui a commencé l’athlétisme au collège à 12 ans.

Curieuse, elle s’inscrit et se donne corps et âme à la musculation. Elle subit une intervention chirurgicale pour inciser la hernie. “Ce qui m’a encore plus motivée, c’est de voir les médailles de ma mère.” Son corps se dessine par le biais des entraînements intenses et d’une hygiène de vie stricte. Pour elle, le bodybuilding devient plus que de la musculation, c’est tout un art. Elle mange sport et dort sport. Depuis, elle n’a jamais lâché les machines de musculation. Elle devient la reine de la salle de sport et améliore sa force et sa flexibilité afin de ne pas perdre sa masse musculaire.

Une envie d’ailleurs et surtout de pousser ses limites l’incite à mettre le cap sur l’Allemagne en 2015, où elle intègre le club d’athlétisme LG SWM. L’intégration est marquée par des difficultés puisqu’il a fallu qu’elle remporte une compétition d’athlétisme pour intégrer l’équipe. “J’ai dû aussi faire un an au sein du club pour pouvoir être reconnue officiellement comme étant membre. Mais le hic est que les étrangers ne peuvent pas participer aux championnats d’Europe”, précise celle qui grâce au sport, ne perd pas le contrôle de sa vie.
“En Allemagne, je suis davantage motivée pour faire de l’athlétisme tandis qu’à Maurice j’ai la flemme. Là-bas, j’arrive parfaitement à faire les deux.”

Elle est d’avis qu’à l’étranger, il y a un réel engouement quand il s’agit de sport, alors qu’à Maurice ce n’est pas tout à fait le cas. La preuve, l’athlète s’était blessée au Championnat de Maurice l’année dernière et ne voulait pas reprendre l’athlétisme par manque de soutien. Ce n’est que six mois après, en partant en Allemagne, qu’elle a repris le sport. “Mon entraîneur de LG SWM m’a remise sur pied en deux semaines. Il m’a redonné confiance en moi. Ici, il faut savoir s’entourer des bonnes personnes sinon ce n’est pas possible”, avoue-t-elle.

WABBA World

Sa participation au WABBA World a aussi été une belle expérience. Des étoiles plein les yeux, elle montre la vidéo de son passage au WABBA World. Corps huileux, maillot de bain près du corps, elle dévoile ses jambes bien définies, ses abdos en béton et ses épaules musclées. “Je suis ravie d’avoir participé au WABBA World en Italie. C’était le moment où j’ai tout donné et où j’ai pu montrer tout ce que j’ai appris tout au long de l’année. Je me dis que la prochaine fois, je ferai mieux. J’étais tout de même un petit peu impressionnée par mes concurrentes, d’autant que j’étais la plus jeune et plus petite en taille.” Malgré tout, elle ne perd pas confiance en elle et participe au Grand Prix Planet à Latiano en Italie, où elle donne le meilleur d’elle-même.

Le temps pour sa famille.

En dépit de son emploi du temps, la jeune femme trouve le moyen de passer du temps avec ses grands-parents. D’ailleurs, sa grand-mère, Liseby L’Onflé, est aux petits soins pour elle. Pour ses repas, Doréthane Agathina peut compter sur elle. “Je suis très proche de ma grand-mère. Nous avons un lien inexplicable. Elle venait tout le temps me voir durant les tournois intercollège”, dit-elle à cœur ouvert. Occupée à préparer le repas de sa petite-fille, Liseby L’Onflé ne tarde à raconter quelques petites anecdotes. “Chez nous, il y a toujours des bols. Parfois, il en manque quelques-uns. Je prépare ses repas avec plaisir”, dit-elle en riant. La sprinteuse ajoute qu’elle veille toujours à manger sain, que ce soit à la maison ou ailleurs. Elle mange des repas solides, des légumes, une bonne portion de protéines, de bons acides gras à chaque repas. “J’avoue que c’est parfois dur de m’entraîner, de manger sainement et de coacher à la fois mais j’aime tellement le sport que je n’arrêterai pas de sitôt.”

Avec sa passion du sport à la vie à la mort, Doréthane Agathina souhaite réaliser un ultime but : obtenir la carte professionnelle de bodybuilding pour être reconnue mondialement. Pour elle, le sport est un véritable tremplin vers d’autres portes. Elle participera à la Cup of Titans à la Réunion en octobre et à Mr Universe au Portugal en novembre prochain. “Pratiquer un sport, c’est avant tout être bien dans sa peau et se sentir bien. Tant que possible, j’encourage les jeunes à pratiquer une activité sportive. Pour ma part, je dirai que c’est grâce au sport que je suis devenue la femme que je suis. Je ne sais pas ce que je serai sans sport.”


Partager des photos sur les réseaux sociaux pour motiver les autres

Pour faire taire les mauvaises langues, la culturiste partage souvent des photos d’elle sur les réseaux sociaux. “Je poste régulièrement des photos de moi à la salle de sport pour motiver les femmes. Aller à la gym ne veut pas dire que la personne en sortira musclée. Tout dépend de la personne. C’est un choix à faire.” Elle se préserve et est stricte quant à ce qu’elle mange, à son sommeil et son temps de récupération. Le bodybuilding n’existe pas sans discipline. “Je suis contente d’avoir commencé l’athlétisme très tôt et le bodybuilding. Rien ne peut me faire dérouter maintenant”, explique la coach sportive d’Aldo Fortress à Curepipe. Par ailleurs, derrière son apparence de vainqueur, se cache une femme complexée par ce corps sculpté. Elle éprouve une certaine gêne vis-à-vis des autres. “Je ne sors pas sans un blouson sauf quand je suis accompagnée. Je n’aime pas trop le regard des gens. C’est assez agaçant. Mais j’apprends à ne pas me soucier des autres. Je ne passerai pas ma vie à me cacher.”


Bio Express

Situation familiale : Célibataire
Âge : 20 ans
Profession : Coach sportive
Totem : Panda
Plus grande frayeur : De ne pas pouvoir s’entraîner
Plat préféré : Bretzels et beurre
Film préféré : A la recherche du bonheur
Chanteuse préférée : Sia


Parcours

2015 : Elle remporte la première place (Miss Bodybuilding) lors de la compétition Mr Sud à Maurice. Elle intègre la même année le club d’athlétisme LG SWM en Allemagne.
2017 : Première place (Miss Bodybuilding) au WABBA National Championship à Maurice et est ensuite qualifiée pour participer au WABBA World en Italie. Elle termine à la quatrième place (Couple) et septième place (Miss Fitness). La même année, elle participe au 4e Grand Prix Planet à Latiano en Italie. Elle est élue 1re Miss Shape (-163 cm), 1re Miss Shape (Overall) et Miss Grand Prix.
2017 : Elle est élue première Miss Bodybuilding à FBBA à Maurice et est aussi élue première Miss Figure lors de la Nuit des Champions à Maurice.
2017 : Lors des championnats de Maurice d’athlétisme, elle remporte la 2e place au 100 M et 3e eu 200 M.
2018 : Quatrième place au 60 M et au 200 M aux championnats de Bayern en Allemagne (Indoor)
2018 : Troisième place au 60 M et 200 M aux championnats de Munich (Indoor).