Dorothée Paul, 34 ans, confie être une maman poule qui ferait tout pour que ses trois enfants soient heureux. Cette habitante de Quatre-Bornes croque la vie à pleines dents malgré les difficultés du quotidien. Elle se dit à la fois sensible, généreuse et grande gueule, laissant souvent son impulsivité prendre le dessus. “Je suis très ouverte, très sensible et toujours prête à aider, mais j’ai également tendance à réagir au quart de tour. Je dis des choses que je peux regretter par la suite, sans penser que je peux blesser la personne en face de moi.”

Un de ses passe-temps préférés est la lecture. “J’adore lire, surtout des livres où il faut bien se concentrer pour saisir le sens. J’aime beaucoup Dan Brown et Danielle Steele. En ce moment, je lis L’alchimiste de Paolo Coelho.” Son autre grand passe-temps, c’est une journée à la plage. “J’essaye d’y aller avec les enfants chaque deux semaines. J’aime bien le cadre de St-Félix et Le Morne.”

Fin gourmet, Dorothée Paul ne manque pas une occasion de déguster un plat succulent. Mais son plat préféré est plutôt simple : “enn bon bouyon bred, pwason sale ek koutia.” C’est sa mère qui cuisine. “Avec mes horaires de travail, je n’ai pas vraiment le temps de cuisinier. Mais j’essaye de m’y mettre le week-end.”

Elle a deux rêves dans la vie. “J’ai toujours voulu être pâtissière et tenir un café, mais je me verrais bien également endosser le rôle de mairesse de Quatre-Bornes.”

La boîte à questions

Notre invité a plongé sa main dans notre boîte à questions. Et le hasard lui a imposé ce qui suit.

Comment définiriez-vous votre pays ?

Maurice est une île, mais on a tendance à vivre comme si nous étions sur le continent. On est en train de gâcher notre image en devenant pareil à un pays d’Europe, notamment avec les nouvelles technologies. Je ne trouve pas qu’un métro a sa place dans une île. On a tendance à occulter le côté tropical, qui est pourtant notre identité. On aurait dû garder le côté nature, verdure de l’île.

Confiez-nous votre plus grand secret ?

Non, je ne peux pas. Un secret, c’est un secret.

Quelle est votre plus grande frousse ?

De faire un accident. J’ai peur d’apprendre à conduire à cause de cela. J’ai perdu un oncle dans un accident, il y a vingt ans, et j’ai également des amis qui sont décédés suite à des accidents. J’ai peur de prendre le bus, mais je suis obligée de le faire pour aller travailler quotidiennement.

Pensez-vous que nous sommes seuls dans l’univers ?

Non. J’ai vu pas mal d’émissions, j’ai lu pas mal de choses sur internet. J’ai vu des choses qui me font penser que nous ne sommes pas seuls dans l’univers. Il doit y avoir la présence d’autres formes de vie sur d’autres planètes. Je ne dis pas qu’il y a des extraterrestres tels qu’on les décrit dans les films, avec la peau verte ou plusieurs yeux ou mains, mais il pourrait y avoir d’autres formes de vie.

Vivre d’amour et d’eau fraîche, ça vous dit ?

Non, pas du tout. On a besoin de beaucoup plus que ça pour vivre. Je ne crois plus au prince charmant. J’ai des enfants qui ont des besoins. Je ne pourrais pas les faire vivre comme ça.

Si vous deviez changer un trait de votre personnalité, quel serait-il ?

La jalousie. Elle peut détruire pas mal de choses. Elle a détruit plein de choses dans ma vie. J’ai longtemps cru que la jalousie était une preuve d’amour, mais j’ai fini par réaliser que ça ne l’était pas. C’est plutôt un truc qui vous détruit et qui détruit l’autre. J’essaye de remédier à cela, mais c’est inné chez moi. Je me dis que l’autre doit enlever tous les doutes pour qu’il n’y ait pas de jalousie.

À quelle personnalité publique confieriez-vous les clés de votre maison pendant vos vacances à la plage ?

Je dirais Danièle Odin et Béatrice de Malembert, les deux présentatrices de l’émission C’est du propre ! sur M6. Je pense que je leur confierais les clés volontiers, car je sais que quand je reviendrais, la maison serait nickel. J’aime bien cette émission, j’ai appris pas mal de choses qui m’aident à mieux entretenir la maison. Je ne suis pas une maniaque de la propreté, mais quand je nettoie, c’est de fond en comble. Personne n’a le droit de marcher.

C’est officiel, le Père Noël existe et lit cette rubrique. Que souhaitez-vous lui demander ?

J’aurais bien aimé lui demander de donner un toit à toutes les familles qui sont dans le besoin. Je pense qu’un toit est le plus beau cadeau qu’on puisse offrir à une personne. Il y a pas mal de personnes qui font des efforts mais dont les salaires ne leur permettent pas d’avoir un toit sur leur tête.

Au réveil, vous êtes du genre à dire “Ayo mama” ou “Allez hop, allons-y !” ?

Cela dépend des jours. Il y a des jours où c’est Ayo mama, puisque rien ne va, et il y a des jours c’est plutôt “OK, on y va !” Ça dépend si j’ai passé une bonne nuit ou si j’ai reçu un très beau message en me réveillant. De nature, je suis très “Allez hop, allons-y !” Pour les enfants surtout, je ne veux pas être une maman qui montre que rien ne va.

Aimeriez-vous être membre du Parlement ?

Oui. Pour poser des questions en rapport avec le bien-être des Mauriciens. Des questions par rapport à la société : qu’est-ce qui ne va pas, pourquoi il en est ainsi et que peut-on faire pour y remédier ? C’est ce genre de membre du Parlement que je voudrais être, celui qui se soucie de bien-être de la population.