J’ai été comblée par tous ces journaux qui m’ont rafraîchi la mémoire, avec des pages de « rétrospectives » des événements majeurs de 2011. Ainsi, cela m’a procuré du plaisir à relire certains chapitres cocasses de l’actu de l’année dernière, dont celui de Medpoint…
Mais le « boni » à mon sens, c’est que les journaux ont aussi fait l’effort d’aller consulter, pour leurs avides lecteurs et lectrices, des astrologues de tout poil, qui ont chacun sorti leurs boules de cristal respectives pour prédire ce que nous pourrions attendre de cette année. Bien sûr, cela m’a intéressé de savoir qu’il y aura un deuil à l’Assemblée Nationale, que nous serions frappés par des calamités climatiques et économiques… mais mon ego surdimensionné s’est surtout attardé sur les prédictions de mes signes du zodiaque occidental et chinois.
Il convient ici de faire une parenthèse vu qu’il paraît que les Mayas, ces savants indigènes qui peuplaient jadis l’Amérique Centrale avant que des moins savants qu’eux ne viennent annihiler leur civilisation, avaient procédé à des calculs qui mettaient un terme à la pitoyable existence terrestre au 21 décembre 2012. Quel fut donc mon grand chagrin quand je lus que cette année devrait me permettre de voyager dans des endroits rêvés, que mon compagnon Cancer, très compatible avec la grande Balance que je suis, me ferait finalement un bébé… et que côté finances, mon compte en banque serait résolument renfloué ! A quoi sert tout cela, me dis-je, s’il est programmé que mon âme repose en paix dès le prochain 21 décembre, alors que le meilleur pour moi, selon le « Pousari X » et la « Clairvoyante Y », paraît « derrière la porte ».
Quoi qu’il en soit, je compte bien profiter de 2012… même s’il est possible qu’il n’y ait pas de 2013. Tout simplement parce que, si Monsieur Cancer réussit dans son entreprise de paternité, j’aurai encore la chance de donner une nouvelle fois la vie. Tant pis pour le compte en banque, j’ai déjà un confort matériel suffisant… et quant aux voyages, pourquoi aller ailleurs si ma propre île est si prisée ? Advienne que pourra, décédera qui voudra, ce qui importe est de vivre l’instant présent, avec un minimum de prévoyance pour être à l’aise dans la vie. J’ai appris, en lisant ces prédictions pour cette fatidique année 2012, qu’il ne suffit pas de consulter les astres, mais également son coeur, ses émotions… et par dessus tout : notre instinct, ce don divin infaillible que nous écartons trop souvent de notre quotidien.
Ma famille bipède, quadrupède et moi, nous vous souhaitons tous une sympathique année 2012. Vivez-la avec une dose de carpe diem, mais surtout avec un surplus d’amour. Si la fin est pour le 21 décembre, tant pis. Mon seul regret serait d’arriver à ce jour en ayant, justement, des regrets !