Pour sa première sortie après la période de trêve en raison du Ramadan, le PTr a choisi la circonscription N°2, Port-Louis Sud/Port-Louis Central, pour réunir ses troupes vendredi soir à Boulevard Victoria, Vallée Pitot. L’occasion pour le leader des Rouges de faire appel à la conscience “des vrais musulmans”, estimant qu’”un musulman ne peut voter pour le MSM”. Outre les critiques envers les membres du gouvernement, Navin Ramgoolam a été très virulent sur le dossier Chagos. S’il accuse le MMM d’avoir signé un accord “in full and final compensation” avec Londres en 1982, il estime qu’aujourd’hui ce dossier est géré par “des amateurs, des ignorants”. Il déplore en outre que le gouvernement dévoile sa stratégie aux Anglais avant d’attaquer.
D’emblée, sur le dossier Chagos, le leader du PTr a rappelé qu’il est “fier d’avoir traîné les Anglais devant le tribunal” et d’avoir remporté son case. Mais cela parce qu’il a été “rusé et n’a jamais laissé entrevoir sa stratégie aux Anglais”, dit-il. Or, ce qui se passe actuellement relève de “l’amateurisme”, estime Navin Ramgoolam, arguant que le gouvernement n’a pas su prendre avantage de la décision du Tribunal de la mer en mars 2015, rendu en  faveur de Maurice. “Zordi dossier-la pé mal traité”, dit-il, déplorant que “pli gran erreur MMM inn fer, c’est en 1982, kan finn ale signe enn accord in full and final compensation avec bann Anglais”.
Faisant ressortir que la décision du gouvernement d’aller devant la Cour internationale de justice est une bonne chose, le leader du PTr estime toutefois que le gouvernement ne doit rien dévoiler de sa stratégie. Pour lui, ce dossier doit être géré “comme un patriote et non comme un parti politique”. Or, le gouvernement est en train d’agir en fonction de vengeance politique, note Navin Ramgoolam, qui ridiculise au passage la proposition du leader de l’opposition de se rendre en bateau à Diego. “Pétar mem nou pé importé dépi la Chine, aster li pé rod al lager avec Anglais ek Américains”.
“Politique de l’autruche”
 Dans un autre volet, le leader du PTr a abordé la situation dans le pays. Depuis la prise du pouvoir par l’alliance Lepep en 2014, le pays a connu trois ministres des Finances, dit-il, ajoutant qu’aujourd’hui “partout kot ou guété, mood pa bon”. “On nous avait promis un miracle économique, mais le magicien a disparu. Nous faisons face à un naufrage économique. Aujourd’hui, au lieu de créer l’emploi, ils sont en train d’augmenter le taux de chômage. Au moins moi, kan mo ti la, ou la cuisine ti pé roulé”. S’agissant de la présentation du budget annoncé pour le 29 juillet, le leader du PTr soutient que le ministre des Finances s’appuiera sur des dossiers mis en chantier par le PTr. Il cite en exemple le projet de câble optique dans l’océan Indien et le projet de métro léger.
Navin Ramgoolam a aussi commenté la décision du tribunal de Port-Louis de rayer trois accusations provisoires qui pesaient sur lui. Il soutient que “mo ti pé aide trois dimounn pou zot gagn enn bout terrain, mais zamé mo’nn pran enn sou”. Il ajoute cependant que “mo’nn pran zis donation ki dimounn fer, paré kouma lézot partis. Si mo ti éna kass, mo pa ti pou éna dettes Rs 46M la banque. Mais zot finn aret moi. Zordi la vérité pé sorti”. D’autres vérité éclateront bientôt, dit-il. Dans le sillage, il déplore “le mauvais rôle” de la MBC. “Kan ti aret moi, ti montré la fouille, ti montré coffres. Mais kan charge rayé, MBC pa la”, s’insurge-t-il.
Le leader du PTr est également revenu sur l’arrestation de Rama Valayden “pour avoir aidé les ti-dimounn”. Il s’insurge de même contre les propos tenus par Kailash Trilochun envers le Solicitor General qui, dit-il, est “un homme honnête et intègre”. L’ex-Premier ministre a également été très critique envers le ministre de la Santé. Outre “sa politique de l’autruche” en ce qui concerne le ravage des drogues synthétiques, Navin Ramgoolam déplore qu’Anil Gayan ait mis un terme à la distribution de la méthadone. “Zordi dimounn pé tourne vers sintétik et Gayan pé maintenir même ki li pas alarmant. Komyé zanfan bizin mort pou li comprend ?” demande-t-il.
Navin Ramgoolam a profité d’être à Vallée Pitot pour entamer une opération séduction auprès de la communauté musulmane. Il a rappelé la “considération” accordée par SAJ à son égard, notamment le sort réservé aux marchands ambulants, les interdictions de vendre à manger aux abords des mosquées, l’interdiction d’opérer une foire à la rue Pagoda. À cela s’ajoutent d’autres faits, dont “la fermeture de la Habib Bank, de l’ambassade de Libye, de la fouille des pèlerins du Hadj, du choix de leur hôtel à la Mecque, de la politique de vengeance envers Dawood Rawat”. Le leader du PTr dit ne pas comprendre qu’un musulman puisse soutenir le MSM. “Ki enn musulman vote PTr ou MMM, mo comprend. Mais enn musulman péna droit vote pour MSM”, dit-il.
Les autres intervenants ont également déploré la politique de “vengeance” du gouvernement Lepep, exhortant les habitants de la circonscription N°2 à rejoindre le PTr et le ramener au pouvoir.