Le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, l’a concédé lors de la séance allouée au vote du budget de son ministère mercredi après-midi. Les fonctionnaires ayant l’expérience et les compétences voulues ne peuvent pas accéder au poste d’ambassadeur car la décision de faire les nominations revient aux partis politiques.
« Les fonctionnaires qui atteignent un certain niveau ne peuvent pas devenir des ambassadeurs car ces derniers sont nommés par le gouvernement ou par les partis politiques. Cela crée de la frustration et je les comprends car, à ce niveau, ils sont des professionnels », a répondu le ministre à une interpellation du député de l’opposition, Rajesh Bhagwan, sur la méritocratie. Répondant sur la nomination des conseillers à son ministère, il a fait ressortir que ceux-ci ont passé par les procédures de la Public Services Commission (PSC). « Je suis convaincu et confiant que les procédures ont été suivies », a-t-il dit. Malgré cela, il a soutenu que certains fonctionnaires « ont été laissés sur la touche » après le dernier exercice de promotion effectué par la PSC. Le chef de la diplomatie mauricienne a ajouté que cela a « provoqué encore une vague de frustrations » parmi ces fonctionnaires. « Je leur ai demandé de saisir la justice », a-t-il lancé.
Lors des débats, Vishnu Lutchmeenaraidoo a évoqué la mise en place d’une e-diplomacy platform au sein de son ministère. Pour que cela se réalise, il a rappelé la « nouvelle vision et mission » de son ministère pour assurer le développement économique. « Ce sera une plateforme interactive entre le ministère des Affaires étrangères et tous les ambassadeurs car nous voulons être plus efficients et mieux communiquer », a-t-il répondu à une autre question du député Rajesh Bhagwan. La somme budgétée cette année pour la mise en place de cette plateforme est de Rs 20,5 millions. Pour mener à bien son projet, il a mentionné le recrutement de sept conseillers économiques à son ministère. Le budget octroyé aux sept conseillers économiques passe de Rs 4,6 millions à Rs 7 millions. La raison, selon Vishnu Lutchmeenaraidoo, tient au fait que l’estimation est faite sur un an.
Vishnu Lutchmeenaraidoo devait préciser que les nominés au poste d’ambassadeur « font leur travail correctement ». Ce qui explique, selon lui, le changement de vision et de mission. Qualifiant certains ambassadeurs de « pigeons voyageurs », Rajesh Bhagwan a voulu savoir si le secrétaire aux Affaires étrangères a eu une rencontre avec le directeur de l’Audit au sujet des dépenses des ambassadeurs suite à des fêtes qu’ils organisent ou à leurs voyages. À cette question, Vishnu Lutchmeenaraidoo a soutenu s’assurer que « pour chaque roupie dépensée, nous avons du “value for money”. » Concernant les abus évoqués par Rajesh Bhagwan, précisément sur des missions à l’étranger, le ministre des Affaires étrangères a précisé qu’il ne donne pas son accord « sur des missions peu valables ».
Le paiement des heures supplémentaires aux fonctionnaires a été soulevé par le député Roshi Bhadain. Selon les estimations budgétaires, la somme qui devra être payée est passée de Rs 700 000 à Rs 1 million en un an. À ce sujet, Vishnu Lutchmeenaraidoo devait répliquer que la transformation de son ministère a provoqué une hausse du volume de travail. Quant aux noms de ceux qui seront payés et ceux qui sont en attente, le ministre des Affaires étrangères a répondu à Roshi Bhadain qu’il « va un peu trop loin » dans sa question. Pour lui, les résultats obtenus sont « satisfaisants ».
Shakeel Mohamed, le chef de file du Parti travailliste, a lui aussi interpellé Vishnu Lutchmeenaraidoo, cette fois sur la récente nomination de la haute-commissaire en Australie. Il a voulu savoir si cette personne « a été interviewée avant qu’elle n’accède à son poste ». Selon le ministre, le choix s’est toujours porté sur les meilleurs candidats en citant la nomination en Australie, en France et au Pakistan. Toutefois, il a précisé ne pas pouvoir divulguer les noms « car les procédures prennent au moins trois mois ». Shakeel Mohamed, qui s’est aussi intéressé à l’ambassade de Maurice en Arabie Saoudite, a rappelé au ministre « qu’aucun bâtiment construit ne sera la propriété de Maurice ».
Au sujet des consuls, Vishnu Lutchmeenaraidoo a souligné qu’une révision sera faite sur leur fonctionnement. Il a concédé que certains « dorment sur leurs lauriers » et a ajouté qu’un de ces consuls a été remplacé. À une autre interpellation, du député Reza Uteem, au sujet des Roving Ambassadors et des Non-Resident Ambassadors, Vishnu Lutchmeenaraidoo a déclaré que ces postes n’existent plus depuis que le nouveau gouvernement est en poste.