L’Association Professionnelle des Transitaires a félicité la MRA-Customs pour la mise en place de la paperless declaration. C’était hier à matin à la Chambre de commerce de Port-Louis.
Depuis 2002 déjà, l’amendement prévoyant le passage du système hard-copy au paperless declaration était inclus dans la finance act. Ce n’est qu’à partir du 1er janvier de cette année que cette mesure aura été mise en vigueur. Une mesure bien accueillie par l’Association Professionnelle des Transitaires (APT). Selon son président, Amil Emamdin : « Sa li enn desizion ki pou amenn bann bess bann cout… System-la pou pli rapide, pli eficas. » C’était hier matin à une conférence de presse de l’APT à son siège social à la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI), Port-Louis.
M. Emamdin a tenu à préciser que « si certains balbutiements auraient possiblement eu lieu au départ, aucun écho négatif ne sera remonté jusqu’au comité de l’APT ». Et de vivement remercier l’acting director de la MRA-Customs M. Ramburrun, et ce, même s’il aura formellement été demandé aux instances de « nommer un directeur car l’année 2012 s’annonce difficile. Cela fait trop longtemps qu’il n’y a pas de directeur général à la Douane », estime l’APT.
Répondant aux questions de la presse, l’APT souligne par ailleurs qu’aucune suppression d’emploi est prévue à court terme. « Wi li vre ki nou pli bizin fer nou bann komi al kit hard copy. Nepli bizin deplasé fisikman. Me bann dimounn la pou resikle. Pa pou ena pert danploi à kourterm ».
L’APT souhaite par ailleurs que les certificates of origin puissent être livrés de l’aéroport — ce qui éviterait les « allers et venues de l’aéroport vers Port-Louis ».
Les transitaires (freight forwarding firms) constituent un maillon essentiel de l’économie. Leur principale fonction : gérer le transit des marchandises à Maurice (de l’import, de l’export ou de l’import vers l’export). En 2010, 85 % des 332 662 TEUS (conteneurs de 20 pieds) et 21,8 millions de kg d’Air freight ont été gérés par ce secteur d’activité.