Grâce à un Suarez intenable auteur d’un doublé (39e et 85e), l’Uruguay s’impose 2 buts à 1 face à l’Angleterre. La Céleste se relance donc dans cette Coupe du monde et élimine presque l’Angleterre. Maudits, Wayne Rooney et les siens peuvent avoir des regrets.
Dès le début de la rencontre, l’Uruguay impose un défi physique rugueux aux Anglais et sort vainqueur dans les duels. Suarez effectue sa première percée à gauche et obtient deux corners intéressants mais Hart s’affirme dans sa surface et calme l’ardeur de la Celeste (5e). De son côté, l’Angleterre gère son match en attendant tranquillement que de son adversaire commette une erreur. Sur une percée de Sturridge à la 8e minute, Godin détourne le ballon de la main et offre aux Three Lions un coup-franc à l’entrée de la surface (8e). Rooney se charge de le tirer et place une magnifique frappe enveloppée qui passe à 10 cm de la lucarne de Muslera qui n’a pas bougé.
Dans la foulée Rodriguez lui répond avec un boulet de canon aux 25 mètres qui frôle la transversale. Le ton est donné !
L’Uruguay dicte son rythme. Lent, avec énormément de défis physiques et une mauvaise foi défensive frustrante pour les Anglais. Entre les obstructions, les fautes pour casser le jeu, la Celeste propose quelques éclaires en attaque qui mettent Hart sous pression. À la 26e, Cavani coupe vers le point de penalty pour reprendre de l’intérieur du pied un corner tiré à ras de terre, mais sa frappe passe juste au-dessus de la barre.
L’Angleterre réagit à la 31e minute sur un coup-franc excentré sur la gauche. Gerrard envoie un ballon très haut en direction de Rooney qui saute plus haut que tout le monde au second poteau, mais sa tête s’écrase sur le poteau de Muslera. On le sentait venir… L’Uruguay endormait l’Angleterre depuis quelques minutes avant que Suarez vienne porter son coup de massue à la 39e minute. Suite à un contre intelligemment mené sans précipitation, EdisonCavani récupère le ballon à l’entrée de la surface de réparation sur la gauche. L’attaquant du PSG fixe son adversaire direct et délivre un centre millimétré à destination de Luis Suarez, seul entre cinq anglais, qui prend le meilleur sur Jagielka et place une tête croisée vicieuse. Hart ne peut rien faire.
Le réveil de Rooney
L’Uruguay poursuit sa stratégie face à des Anglais impatients. Sur un ballon récupéré très haut, Cavani est décalé sur la gauche et perce dans la surface (52e). Seul face à Joe Hart, l’attaquant du PSG manque complètement son duel en ouvrant beaucoup trop son pied droit. Rooney lui répond immédiatement (54e). Joueur le plus dangereux du côté anglais, le Mancunien est à la retombée d’un centre de Baines côté gauche. Il contrôle du pied droit avant de frapper du gauche. Muslera se détend et enlève le ballon de son but sur un arrêt réflexe.
Le match s’emballe, le rythme devient fou et on assiste à de l’attaque/contre-attaque. Depuis un bon quart-d’heure on assistait à de l’attaque défense avec un Rooney déchaîné qui multipliait les offensives. Et c’est finalement à la 75e minute que l’attaquant est enfin récompensé en s’offrant le but de l’égalisation synonyme d’espoir dans cette Coupe du monde. Alors que Sturridge fait la différence sur son côté droit avant de servir Johnson, la Mancunien flairait un bon coup dans la surface. Au moment du centre à ras de terre de son latéral, il coupe et jaillit dans la défense avant de marquer un plat du pied imparable. Sturridge manque le KO dans la foulée. Barkley, entré en cours de jeu à la place de Sterling, délivre une belle passe à Sturridge qui travaille dos au but avant de se retourner et de frapper au but. Malheureusement pour lui, son tir est détourné difficilement par Muslera (78e).
Et Suarez a surgi
Alors que la pression anglaise est de plus en plus forte, la Céleste fait ce qu’elle sait faire de mieux, à savoir défendre solidement et agir en contre. Suite à un dégagement du gardien, Cavani remporte son duel avec Gerrard qui dévie le ballon malencontreusement en direction de Suarez. L’attaquant de Liverpool s’avance dans la surface et allume Joe Hart du pied droit (85e). La frappe puissante fait trembler les filets et vient briser les espoirs anglais.
Pour accéder aux 1/8e de finale, Roy Hodgson et ses hommes sont contraints au miracle. Le scénario presque improbable qui les verrait se qualifier voit les Italiens battre le Costa Rica et l’Uruguay, tandis qu’ils devront vaincre le Costa Rica avec une différence de buts favorable.