Bien que sa première vocation est la garde d’enfants à domicile, l’agence « Douce heure d’enfance », située à Rose-Hill, propose depuis un an déjà les services de femmes de ménage. Désormais, pour trouver la « bonne » fée du logis, c’est à Nadia Ghanem que l’on doit s’adresser.
Nadia Ghanem, une ressortissante française résidant Maurice depuis bientôt sept ans, a trouvé un créneau à exploiter. Elle propose, par le biais de son agence “Douce heure d’enfance”, les services de femmes de ménage depuis bientôt un an. Un service qui, selon notre interlocutrice, « marche très bien ». À tel point que celle-ci ne souhaite pas mettre d’annonces dans les journaux au cas où elle n’arriverait pas à répondre à une « trop grosse demande ».
L’idée de proposer les services de femmes de ménage lui vient de ses clients, à qui elle offre d’abord un service de babysitting. « Plusieurs de mes clients m’ont demandé s’il était possible de leur faire avoir une femme de ménage. À l’époque, je ne proposais que le service de nounous, mais avec cette hausse de la demande, je me suis lancé dans ce créneau », explique-t-elle. Un service « à la carte » dont la demande ne cesse d’ailleurs de croître.
 Bien qu’à Maurice ce métier ne date pas d’hier, Nadia Ghanem se dit enchantée de pouvoir offrir un cadre de travail aux femmes de ménage. La régularisation de leur travail leur donne l’assurance d’avoir toujours un emploi, et ce selon leur disponibilité. Pour le recrutement, « seule l’expérience est nécessaire », soutient la directrice, qui détient une fiche pour chacune de ses employées. « Les références d’anciens employeurs ou encore l’expérience en tant que femme de chambre dans les hôtels, entre autres, sont autant d’aspects que je prend en considération », dit-elle. D’ailleurs, la directrice concède ne pas accorder d’importance à la formation, bien que cela puisse être un atout. La tâche de la femme de ménage se limite aux travaux domestiques. « Mais il est possible que la femme de ménage prépare aussi le repas. Cela dépend de la famille chez laquelle elle travaille », précise Nadia Ghanem. Le contrat entre le particulier et la femme de ménage n’entre pas en jeu dans ce cas, car l’agence s’assure de la qualité de travail. « Si jamais une famille n’est pas satisfaite du travail fourni par une femme de ménage, elle fait appel à l’agence pour que celle-ci soit remplacée », poursuit notre interlocutrice.
L’avantage d’avoir recours à “Douce heure d’enfance” pour bénéficier des services d’une femme de ménage est qu’en cas de maladie, celle-ci est immédiatement remplacée par une autre employée. D’ailleurs, les services de femmes de ménage dépendent des besoins du particulier.
« En ce qui concerne les horaires, c’est au client de décider. Une femme de ménage varie selon les besoins des familles. Elle peut travailler pendant quelques heures, trois jours par semaine et effectuer quelque tâches précises alors qu’une autre peut être appelée à travailler toute la journée et faire toute les tâches. Bien sur, le salaire dépendra du nombre de tâches et d’heures de travail », soutient Nadia Ghanem, qui indique, dans la foulée, que le salaire varie également selon la superficie de la maison. Comment faire pour bénéficier des services de femmes de ménage ? Il suffit de s’enregistrer à l’agence, dont les tarifs sont les suivants : Rs 1 400 pour un mois, Rs 3 000 pour 3 mois, Rs 5 400 pour 6 mois et Rs 8 400 pour un an.