Le bureau du Directeur des Poursuites Publiques tient depuis ce matin un atelier de travail de deux jours sur la cybercriminalité. Deux avocats anglais des 6KBW College Hill Chambers, Mes Jonathan Hall et Mark Weekes, ayant une grande expertise dans le domaine, animent les discussions et sessions de travail.
Les participants à cet atelier sont les officiers du bureau du DPP, de l’Attorney General’s Office, de la Law Reform Commission, de la Cybercrime Unit, du Central CID, des membres de la Mauritius Bankers Association et des membres de la profession légale exerçant dans le privé. Une façon pour les participants de voir les choses de différentes perspectives afin de combattre au mieux la cybercriminalité. Depuis une dizaine d’années, l’accès à internet a fortement augmenté, mais son utilisation n’a pas été que bénéfique car cela a également contribué à la création de nouveaux types de délits transnationaux. Les cybercriminels étant souvent dans d’autres pays, la tâche des autorités devient plus compliquée s’agissant de la question de la juridiction. Lors de l’ouverture ce matin de cet atelier de travail, dans les locaux du bureau du DPP, Me Iqbal Maghooa, adjoint au DPP, a souligné que « nous nous devons de combattre la cybercriminalité. La cybercriminalité dépasse les frontières qu’ont généralement les délits conventionnels ». Il a aussi soulevé la question de l’anonymat. « Il n’est pas compliqué pour certains cybercriminels de cacher leur identité ou adresse IP. C’est ce qui ajoute une certaine dose de complexité à notre travail ».
Me Jonathan Hall a prêté serment comme avocat en 1994 après ses études en droit à l’Université d’Oxford. Il a été désigné pour faire partie du Attorney General’s Panel for Civil Litigation en Angleterre. Il donne notamment des avis légaux au gouvernement anglais sur certains points comme la sécurité nationale, le recouvrement au civil et l’immigration. Me Hall donne également des conseils légaux sur la protection des données et la liberté d’expression. Il sera élevé au rang de Queen’s Counsel en avril.
Le deuxième intervenant, Me Mark Weekes, a lui aussi étudié à la faculté de droit de l’Université d’Oxford et jouit d’une excellente réputation en tant qu’avocat. Il a une forte expérience dans les cas d’extradition et dans l’entraide judiciaire.