L’obésité est devenue un problème de santé publique selon le ministère de tutelle. Les études épidémiologiques indiquent que le surpoids touche 34,9 % des Mauriciens âgés de 25 à 74 ans. En outre, 16 % des adultes sont obèses. La population infantile n’est pas épargnée, 21,2 % des écoliers de 13 à 15 ans étant surpoids et 6,2 % obèses. Ce qui n’est pas sans conséquence sur la santé des Mauriciens : l’obésité provoque des maladies cardio-vasculaires, le diabète, les problèmes de cholestérol, l’arthrose, la dépression et la démence sénile. Le Dr Cassam Hingun, cardiologue, nous explique que les principaux facteurs sont une alimentation déséquilibrée, la sédentarité et des causes génétiques, voire psychologiques.
Quel est l’indice qui permet de déterminer qu’une personne est obèse ?
Il existe un très bon moyen de calcul : c’est l’Indice de masse corporelle (IMC) qui prend en compte la taille et le poids. Le chiffre normal est de 18 à 25. De 25 à 30 c’est un surpoids modéré et au-dessus de 30 c’est l’obésité. Le même calcul est utilisé pour l’enfant. L’obésité est un fléau mondial qui a commencé dans les pays riches. Les États-Unis détiennent le record de l’obésité avec 180 millions d’Américains touchés. On retrouve le Mexique au deuxième rang. Beaucoup moins d’obèses sont recensés dans les pays sous-développés. Nous connaissons cependant une épidémie dans les pays en voie de développement et à Maurice.
Quelles sont les causes de l’obésité ?
Il y a les facteurs génétiques. Six phénotypes sont en cause dans l’obésité. Ce qui signifie que des personnes ont une prédisposition génétique. L’évolution de notre mode de vie est un autre facteur. Nous devenons de plus en plus sédentaires. Notre niveau socio-économique a augmenté. Il existe aussi une surconsommation alimentaire. Ce qui explique le phénomène de l’obésité.
Dans les pays sous-développés, les gens ont l’impression qu’il faut manger riche pour être en bonne santé. La croyance populaire est qu’un gros bébé est un beau bébé. Or, c’est extrêmement dangereux. Un gros bébé court le risque de devenir diabétique. Le phénomène de « malbouffe » entraîne l’obésité.
Les parents travaillent et délaissent leurs enfants. Ceux-ci mangent à la cantine et achètent des biscuits, gâteaux, aliments mal équilibrés du commerce, snacks, chips, frites, barres de chocolat.
Ils consomment des boissons gazeuses et de l’huile de palme dans les aliments industriels. La publicité de l’industrie agroalimentaire cible les jeunes. La sédentarité entraîne l’obésité. Quand on voit le nombre de voitures sur nos routes aujourd’hui, on se rend compte que le développement socio-économique nous a amené à abandonner les moyens de locomotion simples comme le vélo et la marche. On dépense de moins en moins d’énergie et on ne brûle pas les calories.
L’obésité infantile est aussi un problème de santé publique…
Les enfants deviennent obèses pour les mêmes raisons. Quand l’obésité s’installe avant l’âge de cinq ans, le jeune restera obèse toute sa vie. D’où l’importance de prendre des précautions très jeune. Un des moyens de lutte contre la « malbouffe » est l’éducation alimentaire.
Les Mauriciens ignorent de quelle façon manger. Nous ne savons pas choisir ce que nous devons mettre dans son assiette et on n’en connaît pas les conséquences à long terme. Les parents ne connaissent pas les risques de maladies et les complications liées à l’obésité. Il n’est pas évident de changer ses habitudes alimentaires à Maurice pour des raisons culturelles et économiques.
Dans les pays sous-développés l’obésité est liée à un excès de consommation de sucre et de graisses saturées, dont l’huile de palme nocive pour la santé et présente dans les snacks et les fast-foods. L’industrie alimentaire utilise beaucoup d’huile de palme, dont ils modifient le nom sur les emballages en le remplaçant par « huile végétale » ou une autre appellation. Ce produit n’est pas cher mais est dangereux. Il est riche en calories et mauvais pour le coeur. Il vaut mieux faire attention, lire les étiquettes et éviter de donner des aliments qui en contiennent aux enfants.
L’obésité infantile est aussi due au fait que les parents laissent les enfants devant la télévision pour avoir la paix. Ils deviennent « accros de télé » et ont tendance à grignoter. Le grignotage est dangereux et apporte des calories inutiles.
Quelles sont les conséquences d’un excès de poids sur la santé ?
Les personnes obèses ou en surpoids courent le risque de souffrir de maladies cardio-vasculaires, d’hypertension, de diabète, de problème de cholestérol, d’arthrose, d’avoir une dépression. L’obésité provoque des problèmes psychologiques. Les enfants trop gros sont victimes de moqueries de leurs camarades. La notion de beauté est la minceur. Il a aussi été démontré que l’excès de poids est cause de démence sénile.
Comment prévenir l’obésité ?
En mangeant mieux et de façon équilibrée et en évitant le grignotage, les sucres rapides, les abus de graisses et de fritures. Il est recommandé de manger plus de légumes, de fruits, de céréales, de poissons, de consommer de l’huile d’olive, d’activer son corps, de s’adonner à des exercices physiques durant une demi-heure trois fois par semaine. Il est aussi conseillé de faire un bilan de santé une fois par an chez le médecin. La lutte contre l’obésité est longue, c’est un combat contre l’ignorance, une question d’éducation alimentaire. Il est important de se nourrir le plus simplement possible et d’éviter les aliments industriels. Mangez des goyaves de Chine riches en vitamines C. De plus, ce fruit est « bio ». Consommez aussi des lentilles et céréales et supprimez les boissons gazeuses et toutes les boissons sucrées y compris les jus de fruits industriels. Les gens qui s’aiment s’occupent de leur corps. Une personne qui n’est pas bien sa peau se laisse aller et mange n’importe quoi…