Suite aux grosses pluies entraînées par le cyclone Berguitta, le Dr Reshad Kurrimbukus, spécialiste en médecine interne, partage des conseils sur les précautions à prendre en vue d’éviter de contracter des virus et autres infections. Il souligne en effet que suite à une période pluvieuse, il existe de fortes chances d’une « recrudescence de la gastro et de la grippe ».

Bien bouillir l’eau, évacuer l’eau stagnante et bien se chausser sont parmi les mesures préconisées. « Il y a toujours des risques sanitaires quelques jours suivant les grosses averses, notamment des risques de gastro, dont on avait déjà pas mal de cas avant le cyclone, et des virus. Il y a d’autre part le risque d’une prolifération de moustiques qui sont susceptibles de véhiculer les trois virus : la malaria, le chikungunya et la dengue. Même si la malaria est assez rare à Maurice, cela peut émerger », explique le spécialiste en médecine interne.

Dr Reshad Kurrimbukus, spécialiste en médecine interne

Il convient ainsi, souligne-t-il, de prendre les précautions de mise, à savoir, évacuer l’eau stagnante. « Avec la chaleur, c’est presque certain qu’il y aura de grosses proliférations de moustiques. Il faut donc vraiment faire attention ».

En ce qu’il s’agit de la gastro, le Dr Kurrimbukus rappelle la nécessité de « bouillir l’eau qui est sale après les grosses pluies. Il est important de bien se laver les mains et les fruits avant d’en consommer ». Si une personne présente de la fièvre ou des vomissements, le Dr Kurrimbukus conseille de consulter un médecin étant donné que ces pathologies peuvent être très contagieuses.

Le médecin attire en outre l’attention sur le risque de leptospirose, une maladie bactérienne dont les principaux réservoirs sont les rongeurs, en particulier les rats, qui excrètent la bactérie dans leur urine. « On l’a de temps en temps. Il faut faire attention. En cette période où nombre de maisons sont inondées après le passage du cyclone, il convient de porter des bottes en allant dans sa cour. Les Mauriciens ont tendance à marcher pieds nus mais il y a des risques d’infection au niveau de la peau ».

Une telle précaution s’applique d’autant plus pour les personnes diabétiques qui doivent veiller à absolument bien se chausser avant de procéder au nettoyage de leur maison. « Attention aussi à la boue qui peut occasionner des chutes », prévient le docteur.

Cette période de forte humidité occasionne aussi son lot d’infections respiratoires, « très contagieuses aussi ». D’où l’appel du médecin aux asthmatiques, aux enfants en bas âge et aux personnes âgées de veiller à ne pas rester au contact de personnes présentant de la toux.