Le Dr Rakesh Newaj, médecin mauricien exerçant en Afrique du Sud, est spécialisé en dermatologie, et plus particulièrement dans le traitement des varices. Directeur de deux cliniques privées de dermatologie, le Arwyp Medical Centre et le Intercare Medical Centre, il a consacré plusieurs articles dans des journaux médicaux et sud-africains aux maladies de la peau et à la cosmétique. Il nous explique dans l’entretien qui suit les nouvelles technologies pour traiter les varicosités des jambes. De cause génétique ou hormonale, conséquence de l’obésité ou d’une activité professionnelle qui contraint à rester debout pendant de longues heures, les varices doivent être traitées dès leur apparition nous dit-il. Il nous en dit plus sur la sclérothérapie, dernière technique non invasive pour faire disparaître les varices.
Qu’est-ce qu’une varice ?
Le terme “varice” est dérivé du mot grec signifiant “grape like” (comme des grains de raisins). Les varices sont des vaisseaux sanguins dilatés qui sont visibles et qui peuvent être aussi palpables. Elles sont généralement présentes dans les jambes et sont plus communes chez les femmes, chez qui elles peuvent provoquer une détresse importante. Au départ elles sont de fines rayures verdâtres dans les veines et ensuite elles grossissent. Dans certains cas leur taille peut atteindre quelques centimètres. 50 % des patients peuvent ressentir un tiraillement, de la douleur, des démangeaisons, une enflure à la cheville, un eczéma, des veines en toile d’araignée autour de la varice ; la couleur de la peau change autour des veines.
Quels sont les nouveaux traitements des varices ?
Les derniers traitements des varices consistent à utiliser une machine de radiofréquence endoveineuse. Une sonde est introduite dans la veine et un signal de radiofréquence est envoyé. Cette technique entraîne une sclérose de la paroi des veines. Il existe également des types variés de sondes au laser qui peuvent être utilisées avec un égal succès. Cette intervention peut être réalisée sous anesthésie locale ou générale. Néanmoins c’est un traitement coûteux et son taux de réussite n’est pas supérieur à la sclérothérapie. Celle-ci utilisant des substances variées pour traiter les varices a été présente pendant des années. À l’aube du XXe siècle, Linser a rapporté que l’injection de « per-chloride of mercury » dans les veines a été couronnée de succès. Sa méthode a toutefois été abandonnée à cause de quelques cas d’intoxication au mercure chez des patients. Depuis, cette méthode est plus raffinée et l’on se sert aujourd’hui de substances intraveineuses qui ne présentent aucun risque. L’injection de substances (polidocanol ou sodium tetradecyl chloride) entraîne un rétrécissement de la varice qui finit par disparaître après quelque temps. Plus la taille de la varice est grande plus le traitement est aisé. Le patient doit garder un bandage à la jambe pendant une semaine. Il peut toutefois poursuivre ses activités quotidiennes. Aucune anesthésie n’est nécessaire car le traitement est indolore. L’intervention est réalisée dans le cabinet du médecin et il n’y a aucun frais de salle d’opération. La plupart des varices disparaissent en une seule séance. Mais certaines requièrent une autre session. Ce traitement est bon marché, efficace et son taux de réussite est comparable à celui d’autres traitements. Le taux de rechute est comparable à celui de tout traitement chirurgical et les complications minimes.
La phlébectomie est un traitement chirurgical des varices communément pratiqué dans les pays du tiers-monde. Elle consiste à enlever chirurgicalement sous anesthésie la varice au moyen de petites incisions sur la jambe. Ce traitement est démodé car les nouvelles techniques sont moins douloureuses, moins invasives. Elles sont accessibles car elles sont moins chères. Tous les traitements des varices ont des taux de réussite comparables. Néanmoins du moment qu’une personne a des varices, la récidive est commune et dans ce cas la sclérothérapie est aisée.
Quelles sont les causes des varices ?
Il y a des théories variées au sujet des causes des varices. La principale est un facteur génétique. D’autres causes pourraient être d’être du sexe féminin, l’usage de contraceptifs oraux, la grossesse, l’activité professionnelle des personnes qui travaillent debout pendant de longues heures, l’obésité et des thromboses veineuses profondes pour ne citer que celles-ci. Les causes plus rares sont une faiblesse de la paroi des veines, une perforation de veines, une valvule secondaire, une mauvaise communication arterio-veineuses et la phlébite.
Comment se forment les varices ?
Les veines transportent le sang vers le coeur et celles des jambes consistent en deux systèmes, un réseau veineux profond et un autre superficiel. Le système profond transporte le sang qui retourne dans le coeur tandis que le système superficiel agit plus comme un réservoir. Toutefois la moindre résistance au flux sanguin en provenance du système profond augmente la pression sur les veines superficielles et avec le temps elles deviennent dilatées et il en résulte des varicosités. En termes basiques, il y a une anatomie complexe des veines dans les jambes qui sont les plus longues du corps, appelées la longue veine « saphenous », la courte veine « saphenous », les veines perforantes et beaucoup de veines superficielles sans nom.
Comment se fait le diagnostic ?
Les varicosités sont visibles superficiellement sous la peau des membres et ne requièrent aucune méthode spéciale de diagnostic. Elles peuvent être ressenties par la palpation. Dans quelques cas on peut utiliser la méthode aux ultrasons Dopler pour localiser l’origine du problème. Néanmoins cela n’ajoute rien de plus au diagnostic des varices. Les radiographies et les scans ne sont d’aucune utilité.
Les varices représentent-elles des risques pour le patient ?
Chez la plupart des gens les veines ne produisent aucun symptôme, à part des considérations cosmétiques. Mais certains patients développent des symptômes, des douleurs, des crampes la nuit, une fatigue dans les jambes, une enflure des chevilles ou une sensation de lourdeur. Plus rarement une décoloration peut apparaître le long de la varicosité, un eczéma le long des veines, un saignement et une ulcération due au traumatisme dans les veines superficielles dilatées. Certains peuvent développer une thrombo-phlébite, c’est-à-dire une inflammation le long des veines qui peut être très douloureuse.
Quelles sont les personnes les plus prédisposées aux varices ? Et à quel âge ?
Comme je l’ai dit plus haut l’hérédité joue un grand rôle dans la formation des varicosités. Des valves ne fonctionnant pas bien dans les jambes ont tendance à être héréditaires. Les varices sont plus communes chez les femmes et elles tendent à souffrir des symptômes inhérents principalement pendant les premiers jours de leur cycle menstruel. L’incidence des varicosités est plus répandue après l’adolescence et chez les personnes âgées de 40 et 50 ans. Mis à part les facteurs génétiques, l’obésité, l’usage de contraceptif oraux, l’activité professionnelle debout augmentent les risques de développer des veines dilatées.
Comment prévenir l’apparition des varices ?
En ayant une alimentation saine, en maintenant un bon indice de masse corporelle (indice de calcul de l’obésité), en faisant des exercices physiques régulièrement. Néanmoins une fois que les varices sont apparues, elles doivent être traitées. Dans les cas précoces, des bas spécialisés portés toute la journée peuvent augmenter la circulation sanguine et décroître la progression des varices. En cas d’hérédité, les varices ne peuvent pas être prévenues.