Les habitants de 16e Mille vivent une véritable torpeur depuis hier après-midi avec une adolescente retrouvée carbonisée vers 17 h 30 dans sa chambre. Dès les premières indications relevées sur la « scene of crime », les responsables de l’enquête policière ont écarté immédiatement une éventuelle Foul Play et privilégient la thèse d’un nouveau cas de suicide. La victime Keshini Dussoye aurait aspergé ses vêtements de thinner, avant de craquer une allumette.
Depuis quelque temps, Keshini Dussoye présentait des signes qui pouvaient laisser craindre le pire. Les recoupements d’informations qu’a effectués Le Mauricien auprès de sources policières tendent à confirmer que cette collégienne de 15 ans aurait tenté à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours.
Hier, profitant de l’absence de sa mère qui était au travail et sa petite soeur prenant sa douche, Keshini Dussoye a exécuté son geste dans la plus grande discrétion en s’enfermant à double tour dans sa chambre. L’adolescente a aspergé ses vêtements de thinner et a craqué une allumette. Compte tenu de ce produit extrêmement inflammable, le feu a pris en quelques secondes.
Prise de panique, elle a ensuite jeté la bouteille de thinner sur son lit propageant ainsi le feu dans toute la pièce. Alertée entre-temps par les bruits, sa soeur aurait tenté en vain d’enfoncer la porte de la chambre pour venir en aide à sa soeur avant d’alerter le voisinage. Bien que le feu ait été maîtrisé avant même l’arrivée des pompiers de la Caserne de Curepipe, le corps de Keshini Dussoye était déjà carbonisé dans sa chambre.
Très vite les éléments du Scene of Crime Office devaient être mandés sur les lieux en vue des premiers prélèvements. La dépouille de Keshini Dussoye a ensuite été transférée à la morgue. Le rapport d’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, Chief Police Medical Officer, attribue la cause de la mort à des suites d’« inhalation of carbon monoxide ». Il indique aussi que la partie supérieure du corps de la victime était calcinée.
Les sources très proches de l’enquête avancent l’hypothèse de déboires amoureux comme motif du suicide de l’adolescente.