Drame poignant à Bon-Accueil très tôt ce matin. Un bébé de deux ans et demi, prénommé Pritish, est mort  carbonisé en cherchant refuge sous son lit pour se protéger des flammes d’un incendie, qui a complètement ravagé la maisonnette en tôle de deux chambres de ses parents. Son grand frère, Parish, âgé de quatre ans, qui se trouvait dans la chambre avec la petite victime, a eu plus de chance : il a pu s’échapper à temps. Brûlé à la main gauche, il a néanmoins dû se faire soigner à l’hôpital de Flacq. Les parents des enfants, Parmanand Meetoo, 35 ans, vendeur de fruits dans les parages de la Bon-Accueil SSS, et Subnanada Kumari Boodhoo, aussi connue sous le nom de Diksha, âgée de 20 ans, sont inconsolables face à ce coup du sort qui aura emporté, dans des conditions extrêmement tragiques, leur bébé, dont les funérailles se dérouleront cet après-midi.
Ce matin, rien ne laissait présager un événement aussi funeste pour cette petite famille de Bon-Accueil. Fidèle à son habitude, Parmanand Meetoo était parti très tôt pour s’occuper de son petit commerce de fruits devant le collège. Son épouse, elle, vaquait à ses occupations habituelles, notamment la lessive, dans la salle de bains située non loin de sa maison. Mais vers 8 h 15, l’alerte à l’incendie devait être donnée par le gérant d’une quincaillerie, qui se trouve à côté de la petite habitation.
« Mo ti trouve ene lafime pe monte par derrier. Mo ti kwar dife dans lerb. Preske en mem tan, mone tand sa madam-la (Diksha, Ndlr) krye : “dife ! dife !” », raconte Ravind, le propriétaire de la quincaillerie. Quand il se présente devant la maison en tôles, il ne peut que constater les dégâts. Il prendra malgré tout soin d’éloigner une bonbonne de gaz ménager, qui se trouvait près des flammes. Cette version des faits est corroborée par la jeune maman, qui peine à accepter cette dure réalité d’avoir assisté, impuissante, à la mort de son bébé, prisonnier des flammes.
« Mo ti pe lav linz dan saldebin. Ene kout mo tande ene tapaz. Kan mone leve latet pou guette, mo nek trouv ene zafer eklate », se souvient Diksha, maîtrisant difficilement sa douleur. « Dan lakaz, nek ti ena dife partou. Mone rode rantre, mo pane kapav parski lafime ti nwar. Mone tand mo tipti pe krye, pe plore. Mo pane kapav rantre », poursuit-elle, les larmes aux yeux.
Au même moment, Diksha voit son fils aîné sortir de la maison en flammes. Entre-temps, les premiers secours étaient organisés, les voisins faisant preuve de solidarité en mobilisant les moyens à leurs dispositions pour lutter contre le feu. Avertis, les sapeurs-pompiers de Flacq devaient arriver sur les lieux une dizaine de minutes après l’alerte. Quant au père de la jeune victime, il devait arriver lui aussi sur les lieux, demandant à un voisin d’accompagner son jeune fils à l’hôpital pour se faire soigner. En principe, en de début de matinée, les deux enfants se trouvaient dans une des chambres à regarder des émissions enfantines à la télévision.
Une fois le sinistre maîtrisé, la scène, à l’intérieur d’une des chambres, était des plus poignantes. Sous le lit, détruit par les flammes, se trouvait en effet le corps complètement carbonisé du petit Pritish, qui avait ainsi cru pouvoir se protéger de l’incendie. À côté de lui se trouvaient également ses deux chiots, eux aussi complètement calcinés.
Cet incendie, de par son issue dramatique, a suscité une vive émotion parmi les habitants du village de Bon-Accueil, qui ont ensuite fait preuve de solidarité et de compassion envers les parents de la jeune victime, dont les funérailles sont prévues aujourd’hui à 16 h à Laventure. Auparavant, une autopsie devait être cependant pratiquée par le médecin légiste en vue de déterminer la cause du décès, lequel sera plus que probablement attribué à une asphyxie du fait de l’inhalation de fumées. Une enquête policière a été ouverte en vue de déterminer les causes du sinistre.