Emouvantes funérailles, hier après-midi, pour les deux victimes à Beau-Bassin et à Pointe-aux-Sables
Dans la nuit de vendredi à samedi, une dramatique collision entre un remorqueur de la Mauritius Ports Authority (MPA) et un Heavy Duty Boat 07 de la National Coast Guard (NCG) en rade de Port-Louis a fait deux victimes. Les constables Homjaysing Harpal et Mohesh Kumar Balloo, âgés de 31 ans et de 24 ans respectivement, qui effectuaient une patrouille de nuit dans le port, ont péri noyés. Il était environ 22 h 45 quant cet accident rarissime est survenu et les tentatives de porter secours aux deux victimes, qui s’étaient retrouvées prisonniers sous le pneumatique complètement renversé, ont été vaines. Au sein des familles de ces deux jeunes membres de la force policière aussi bien que dans les rangs de la NCG, c’est l’état de choc, de consternation aussi bien que l’incompréhension qui planent encore.
Les recoupements d’informations effectués par Week-End auprès de sources concordantes indiquent que les deux membres de la NCG avaient pris place à bord de ce Heavy Duty Boat pour entreprendre une patrouille de routine dans la rade de Port-Louis dans le cadre de leurs fonctions. L’embarcation de la NCG se trouvait à hauteur où est amarré l’ancien CGS Vigilant quand le drame s’est joué très rapidement.
Pour des raisons à être déterminées par une enquête confiée aux responsables de la Port Police, le remorqueur baptisé Ochna a percuté de plein fouet et de manière violente cette unité de la NCG. Compte tenu de la différence de taille et de capacité entre le Heavy Duty Boat et le remorqueur de la MPA, la première embarcation a été renversée avec ses deux membres d’équipage projetés dans l’eau sous le HDB. Devant la violence et la rapidité du choc, les victimes n’ont pu, à aucun moment, esquisser de mouvement pour se protéger ou encore se mettre à l’abri.
Des indications sont que les constables Harpal et Balloo auraient été bloqués quand leur Heavy Duty Board s’est renversé dans la rade et que sous le choc et dans l’obscurité, leurs chances de se tirer d’affaire étaient presque nulles. D’ailleurs, le constable Balloo avait été blessé à l’épaule droite et le constable Harpal à la tête neutralisant du même coup tout mouvement.
Très vite, les secours se sont organisés avec le déploiement des autres membres de la NCG de service à bord, d’autres unités affectées à la sécurité dans le port, de même que des membres d’équipage d’autres navires en rade. Après une vingtaine de minutes de recherches et de plongées sur les lieux du drame, les deux victimes ont été repérées sous le Heavy Duty Boat par des plongeurs de la marine indienne, qui étaient venus prêter main-forte aux opérations de secours.
La douleur est immense
Des premiers soins ont été prodigués par des médecins et des membres du personnel paramédical de ces mêmes unités en rade. Avec l’intervention du SAMU, les deux éléments de la NCG ont été transférés à l’hôpital Jeetoo. Mais ils devaient succomber à leurs blessures. Des examens post-mortem pratiqués par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, ont attribué le décès à la noyade. Le skipper du remorqueur a été placé en détention et pourrait être inculpé d’homicide involontaire.
Du côté des proches des deux victimes, la douleur est immense de perdre deux jeunes encore à la fleur de l’âge et dans des conditions aussi dramatiques. Le commissaire de police, Dhan Iswur Rampersad, et l’officier de la NCG, le commandant Kokil, ont rendu des visites de sympathies aux familles des victimes dans la matinée. Mais ce fut une maigre consolation dans la circonstance.
A Pointe-aux-Sables où résidait le constable Harpal, âgé de 31 ans et marié et père de famille et père d’une fillette de cinq ans, la désolation se lisait sur le visage de ses proches. Des voisins tentaient tant bien que mal d’apporter un peu de réconfort, mais la douleur était tellement immense.
Un sentiment de révolte et de stupéfaction était tangible devant la cruauté de ce qui venait de se passer. La jeune épouse pouvait à peine dissimuler son désarroi devant le vide laissé par la mort subite de Homjaysing Harpal parti travailler vendredi soir pour ne jamais revenir vivant. La mère du jeune homme était aussi accablée que l’épouse.
Personne ne pouvait rester insensible aux supplications de l’épouse, qui ne cessait de se lamenter : « kuma mo pou faire sans li ». Au moment de la levée de la dépouille, elle suppliait encore : « laisse moi guette li ene dernye fois, ki faire zot pas pe laisse moi guette li? Mo pas pou capave sans li ».
L’une des proches de la famille Harpal a expliqué que « la nouvelle leur a été annoncée aux petites heures du matin. Des officiers de la National Coast Guard se sont déplacés jusqu’au domicile de la mère de Homjaysing mais elle a été laissée dans le flou, car elle était seule. Ils ont ensuite averti son autre fils, qui habite à Péreybère et c’est lui qui a ensuite fait le déplacement afin de rapporter la nouvelle à sa mère. »
Inconsolables
Un peu plus tôt au domicile des Balloo, sur la route Royale à Beau-Bassin, l’atmosphère était tout aussi pesante. Âgé que de 24 ans, Mohesh Balloo avait deux ans de service au sein de la NCG. Ses parents sont inconsolables, surtout son jeune frère, Sailesh, âgé de 19 ans. Encore meurtri et sous l’effet du choc après avoir pris connaissance de cette terrible nouvelle, il expliquait que « jusqu’à présent, notre famille ne comprend pas encore comment cela s’est produit. Nous sommes encore trop bouleversés pour comprendre la tournure des événements. » 
D’après ses dires, c’est à deux heures du matin environ que la tragédie leur a été annoncée : « Des membres de la NCG sont venus à la maison et ont annoncé la nouvelle à mon frère. » Face à ce moment pénible, toutefois, le père du jeune homme tente, tant que possible, de rester stoïque : « Li pas facile, mais mo obliger tini. Quand annonce ou ene nouvelle pareille, ou pas capave laisse ou aller. », répétait le père Balloo. Dû au grand nombre de personnes ayant fait le déplacement jusqu’au domicile des Balloo, dont les anciens députés Rajesh Bhagwan et Franco Quirin, plusieurs officiers de police ont été mandés sur place afin de régler la circulation.
Tout comme à Pointe-aux-Sables, des éléments de la NCG étaient présents sur les lieux pour assurer le déroulement de la cérémonie et rendre un ultime hommage à leurs camarades tombés en plein service commandé. Des éléments de la marine indienne, qui ont participé aux opérations de recherches en rade de Port-Louis ont fait le déplacement pour assister aux funérailles.