Le Queen Elizabeth College commence ce second trimestre scolaire sur une note sombre et triste. Avant 7 h 30 ce matin, une élève de Form V de cet établissement, en uniforme et munie de son sac d’école, s’est présentée à l’entrée de Résidences Montmartre, situé à la Rue Dr Roux (à quelques mètres de son collège) et a dit au service de sécurité qu’elle allait voir une connaissance. Ne la voyant pas redescendre, deux employés de la sécurité sont montés la chercher. Ils découvrent son cartable à même le sol au septième étage et à partir du balcon, ils aperçoivent son corps gisant par terre. La victime était âgée de 15 ans.
C’est le choc et la consternation pour ces deux employés et les résidents des Résidences Montmartre ainsi que pour les camarades de classe de la jeune victime. Soulignons que cette rue est très fréquentée en raison de la présence du Collège Lorette de Rose-Hill qui se trouve d’ailleurs à un jet de pierres du lieu où a eu lieu ce drame. La nouvelle s’est répandue très vite parmi les jeunes de cet établissement catholique.
Au QEC, les élèves, déjà fragilisées par le suicide d’une autre camarade (une élève de Form VI) pendant les vacances de Pâques, sont bouleversées par ce nouveau drame. Le personnel s’est réuni en urgence pour gérer la situation. Suneetee Purmessur, la rectrice, qui reprend le travail aujourd’hui après trois mois de vacation leave, et qui a également parlé au père de la fille au téléphone ce matin, a eu la délicate tâche d’annoncer la nouvelle à la classe de l’élève concernée. « C’est très triste et nous sommes profondément bouleversés par ce qui s’est passé. Dès que l’école en a été informée officiellement j’ai parlé aux filles de la form V. Tout en laissant la police faire son travail, nous allons pour notre part encadrer et apporter un soutien psychologique aux filles qui étaient dans la classe de cette élève et à ses close friends. Il y a un mois de cela, nous avons perdu une autre élève qui a commis elle aussi un acte de désespoir. Il est impératif de revoir certaines choses par rapport à l’éducation de nos jeunes », a dit au Mauricien Mme Purmessur. Est-ce la concurrence au sein des Star schools et la pression de l’école qui poussent des jeunes à commettre des actes irréparables ? « Cela n’a rien à voir avec la pression. Vous savez, les jeunes ont leurs problèmes personnels. Mais c’est vrai que l’école doit être plus attentive, plus vigilante », répond la rectrice du QEC.
La victime habite à Nouvelle-Découverte et allait fêter ses 16 ans au mois de décembre. Pour le SC, elle avait opté pour la filière scientifique. Il y a quelques années, sa soeur, fréquentant la même institution, avait été lauréate. Des personnes qui ont voyagé avec la jeune fille ce matin dans le « bus normal », de Nouvelle Découverte à Rose-Hill — des habitués de ce parcours —, racontent qu’elle avait la tête penchée sur le siège avant et a gardé son capuchon pendant tout le trajet.