En matière de décoration, les tendances se suivent et… ne se ressemblent pas ! Aussi est-il quelquefois difficile de choisir les « bons objets » pour une déco intérieure qui durera dans le temps. Un de ceux les plus prisés actuellement est le Dreamcatcher (« attrape-rêve » en français). Mais quel est donc cet étrange objet ? Et est-il possible d’en confectionner soi-même ? Réponse.
La décoration, comme la mode vestimentaire, est en perpétuelle mutation. Est-ce à dire que l’on doive obligatoirement changer son mobilier et toutes les composantes de notre intérieur pour être « in » ? Pas forcément, tout dépendant évidemment de la déco choisie. En cette matière, s’il est un objet très tendance et, apparemment, installé pour durer, c’est bien le Dreamcatcher, comprenez par là un « attrape-rêve ». Vous ne savez pas ce que c’est ? Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas le seul, tant le terme peut paraître sorti tout droit d’un livre de Stephen King.
En fait, le Dreamcatcher a des origines très lointaines. Ainsi, si l’on en croit la légende indienne, l’objet servirait à attraper les cauchemars durant la nuit, et ce à travers sa rosace centrale, les transformant en rêves agréables. De nos jours, ces « capteurs de rêves » ornent les maisons, le plus souvent placés sur les bords des fenêtres (attention : toujours à l’est, du côté où le soleil se lève), le plus souvent dans la chambre des enfants, histoire de leur assurer de passer une bonne nuit. La tradition veut toutefois que l’objet soit accroché juste au-dessus du lit de son propriétaire. Autre tradition : il est généralement admis que celui offrant un Dreamcatcher ne le touche pas, sans quoi il en deviendrait l’unique propriétaire, le « capteur de rêve » perdant alors de sa « magie » !
Au-delà du folklore et des croyances, le Dreamcatcher reste surtout un superbe objet de décoration, qui embelli indéniablement la chambre à coucher ou toute autre pièce de la maison. D’autant que l’objet est, le plus souvent, très détaillé, démontrant ainsi la somme de travail qui a été nécessaire pour le réaliser. Pour autant, il y en a pour tous les goûts, de toutes les couleurs et de tous les styles. Le plus traditionnel se veut simple, portant quelques plumes à ses extrémités et avec trois cercles répartis sur différents niveaux. D’autres, plus élaborés, sont ornés de perles, de coquillages ou encore de tissu.
Il est aussi possible de réaliser son Dreamcatcher soi-même, voire de le personnaliser, et ce avec de simples outils. Ainsi, pourquoi ne pas mélanger toutes sortes de couleurs ensemble, histoire de rendre l’objet encore plus unique ? Ou encore d’y joindre d’autres accessoires ? La seule limite, somme toute, est celle de votre imagination. Des exemples ? S’ils ne manquent pas, l’on peut ainsi y mettre des paillettes, des perles ou des fleurs séchées. Des idées que l’on peut d’ailleurs très facilement trouver sur Internet. Une fois le sujet bien maîtrisé, il vous sera même possible d’en faire de petits Dreamcatcher sous forme des porte-clés ou d’objets à accrocher dans la voiture, ou pourquoi pas aussi de les monter en boucles d’oreilles ou encore en collier. Mais n’oubliez pas : comme il convient qu’il soit offert, le Dreamcatcher doit être confectionné en prenant soin d’y mettre des accessoires appréciés de la personne à qui il est destiné. Là encore, n’ayez pas peur de varier les styles et les couleurs.
Ceux voulant jouer la carte de l’originalité peuvent ainsi utiliser des capsules de bouteilles, peintes bien entendu, et de placer le tout d’une porte. Autant de possibilités qui, à défaut de ne pas forcément toujours écarter les mauvais rêves, permettront, au minimum, d’embellir la maison !