C’est habité par un sentiment de révolte qu’Ally Lazer dit venir de l’avant pour déplorer le fait que sur 37 prisonniers, ayant bénéficié d’une révision de leur sentence, 25 sont des « marsan lamor ». Pour le président de l’Association des Travailleurs Sociaux de Maurice (ATSM), ces personnes ne peuvent être considérées comme les autres catégories de condamnés, étant donné qu’elles « sèment la mort parmi les jeunes et la détresse dans les familles ».
Le travailleur social fait ressortir que la Dangerous Drugs Act stipule qu’il n’y a pas de rémission pour les trafiquants de drogue. Ally Lazer invite ainsi le Premier ministre et l’Attorney General à amender la loi régissant la Commission de pourvoi en grâce afin que les trafiquants de drogue ne soient pas considérés pour une rémission.
Faisant référence aux récentes déclarations du Président de la République selon lesquelles le pays va mal, le travailleur social invite ce dernier à apporter sa contribution pour sauver le pays en refusant de donner son assentiment aux cas des trafiquants de drogue ; qui plus est, souligne-t-il, la drogue est à la base de beaucoup de violence et de drames dans notre société.
Ally Lazer attire également l’attention sur la présence à Maurice d’une nouvelle variété de gandia, le skunk. Selon le président de l’ATSM, cette drogue contient une quantité élevée de Tetra-Hydro Carbinol (THC), provoquant des troubles psychiatriques graves chez les consommateurs. Récemment, un bouncer a été arrêté pour cultivation de cette variété de gandia.
Abordant le même sujet, le travailleur social déplore le fait que souvent les cultivateurs de gandia ne sont pas arrêtés lorsque des plantes sont déracinées. Ally Lazer se demande comment les policiers basés dans les régions concernées ne sont pas au courant des va-et-vient des personnes sur les lieux, car la culture du gandia « demande plus de soins que la culture de légumes ».
Ally Lazer a tenu à féliciter les officiers de police qui mettent leur vie en péril dans ce combat, mais il regrette que souvent ce sont les « hauts gradés assis derrière leur bureau qui en tirent les éloges ». Le travailleur social a par ailleurs exprimé sa solidarité avec l’équipe de la brigade des jeux et antipiratage qui serait proche du démantèlement. « Je ne suis pas ami au chef inspecteur Tuyau, mais quand des policiers font leur travail bien, il faut le reconnaître. D’ailleurs, dans le passé, nous avons manifesté pour que la Flying Squad ne soit pas dissoute. »