Assad Rujub, l’inspecteur qui a fait parler de lui en 2012 en démantelant le réseau de Gro Derek, était convoqué par la commission d’enquête sur la drogue hier. Paul Lam Shang Leen est allé droit au but : « Se pourrait-il que, quand vous étiez responsable de l’équipe de l’ADSU de Plaine-Verte, vous ayez protégé le réseau de Siddick Islam en faisant ainsi tomber celui de Gro Derek ? » L’ancien juge de la Cour suprême devait aussi laisser entendre que « nous avons des informations selon lesquelles des membres de votre équipe d’alors auraient vendu la mèche s’agissant des descentes et des fouilles », ce qui, « si cela s’avère vrai, est très, très grave ! » La commission a également réclamé à l’inspecteur Rujub ainsi qu’à son épouse, Bilkiss Banon Rujub, de produire des justificatifs, d’ici 15 jours, quant à « plusieurs dépôts d’argent en liquide » effectués sur leurs comptes bancaires.
Assad Rujub n’a pas été tendre envers ses collègues : « Bien entendu, tous les policiers ne sont pas des brebis galeuses. Mais il existe une compétition malsaine, et cela au sein même de l’ADSU. Si un officier sait que vous êtes sur la piste d’un trafiquant, par exemple, il peut aller jusqu’à enquêter en parallèle et brouiller les pistes… D’ailleurs, c’est parce qu’il y a eu tellement de rumeurs dans le sillage de l’enquête que j’ai menée pour faire tomber le réseau de Gro Derek, entre autres, que je me retrouve aujourd’hui convoqué par la commission d’enquête. » Après une parenthèse sur la façon dont il a financé ses études avortées en 2011/12 en Angleterre et quelques questions sur l’achat d’un terrain en 2014, Paul Lam Shang Leen est entré dans le vif du sujet en demandant à l’inspecteur Rujub d’expliquer comment « de grosses sommes en liquide ont été déposées sur vos comptes », précisant : « Il y a par exemple Rs 50 000, Rs 100 000 pour l’année 2015. Apportez-nous des explications plausibles à cet effet ! » Alors qu’il souhaitait des détails sur ces versements, l’inspecteur Rujub a essuyé un refus de la part du président de la commission, lequel lui a lancé : « Nous n’avons pas le temps pour cela. Allez vérifier vos comptes bancaires et relever les versements en liquide, et revenez nous donner des justifications quant à ces versements ! Nous sommes en présence d’informations officielles quant aux transferts qu’il y a eus entre vous, votre épouse et votre soeur. Ce n’est pas cela qui nous intéresse. Ce qui nous intrigue, ce sont ces versements en “cash”, de grosses sommes, sur vos comptes. »
L’ancien juge Paul Lam Shang Leen a abordé tout un volet sur l’époque où l’inspecteur Rujub était responsable de l’ADSU de Plaine-Verte et l’enquête sur Gro Derek. De plus, d’entrée de jeu – quand le policier avait commencé sa déposition –, il devait relever : « Vous avez été convoqué parce que nous avons eu des plaintes à votre sujet. Et nous voulons des éclaircissements. »
Paul Lam Shang Leen: Nous n’arrivons pas à comprendre… Vous étiez responsable de l’équipe de l’ADSU de Plaine-Verte. Or, il y a de forts soupçons au sujet du réseau qu’opère Siddick Islam, Naserah Vavra et Khalil Ramoly dans cette région, et qui bénéficie de l’aide de l’officier Goolaghouse. Pourquoi votre équipe et vous n’avez jamais procédé à quelques arrestations des personnes impliquées dans ce réseau ?
Assad Rujub : J’ai personnellement effectué des fouilles chez Naserah Vavra, l’épouse de Siddick Islam. Mais je n’ai trouvé aucune trace de drogues ! Il faut dire que je n’ai été au poste de Plaine-Verte que pendant un an, voire deux. Par la suite, j’ai été muté aux Line Barracks, dans l’unité de prévention, pour animer des sessions de formation. Mais si j’avais eu des informations solides pour faire tomber quelqu’un dans ce réseau, je l’aurais fait…
PLSL : Nous avons aussi eu vent du fait que certains membres de votre équipe auraient vendu la mèche, soit qu’ils ont “tip off” ces trafiquants avant des éventuelles fouilles et descentes. Si cela s’avère vrai, c’est très, très grave… Vous confirmez ?
AR : C’est effectivement un manquement très, très grave. Mes officiers et moi mettons nos vies en danger dans de telles enquêtes.
PLSL : Nous avons aussi des informations selon lesquelles certains membres de votre équipe auraient pris de la drogue, en auraient substitué une partie et auraient vendu cette drogue ! Voilà qui est encore très, très grave ! Vous en avez entendu parler ? C’est vous qui étiez en charge de l’équipe… C’est vous qui avez demandé votre transfert de Plaine-Verte ?
AR : Non. J’avais fait une demande pour reprendre mes études en droit.
PLSL : Mais depuis décembre 2016, vous ne faites plus partie de l’ADSU ?
AR : Non.
PLSL : Y a-t-il une raison particulière derrière votre transfert à Terre-Rouge ?
AR : Dans la police, on ne donne jamais de raison pour expliquer un transfert…
PLSL : Selon les rumeurs, ce serait lié aux méfaits des membres de votre équipe.
AR : Non. La raison de mon transfert punitif est, à ce que j’ai compris, lié à ma présence à un mariage… auquel je n’étais d’ailleurs pas présent ! Si vous me permettez, je vais m’expliquer. Le fils d’une voisine devait épouser la fille de M. Ramoly. Sa mère a invité la mienne. Ma mère m’a simplement informé que nous étions invité au dîner que donnait le fils de la voisine. Quand nous nous y sommes rendus, alors que nous mangions, j’ai aperçu Naserah Vavra. Comme je n’aime pas me retrouver dans le giron des trafiquants, j’ai demandé à ma famille de faire vite pour que l’on puisse partir au plus vite. Je ne savais pas que la fille qu’épousait mon voisin était celle de M. Ramoly. D’ailleurs, je ne me suis jamais rendu au dîner qu’a donné la famille Ramoly pour ce mariage… Le lendemain de ce mariage, j’ai reçu un coup de fil du DCP Bhojoo pour expliquer ma présence au Gymkhana…
PLSL : Je trouve cela un peu difficile à croire… Vous devez vous rendre à un mariage et vous ne demandez pas qui se marie ?
AR : C’est ma mère qui était invitée. D’ailleurs, je ne connais même pas le nom de ce voisin qui s’est marié !
PLSL : Parlons d’Ashish Dayal. C’est vous qui l’avez arrêté en premier. Comment se fait-il que, lors de son arrestation, il refusait de coopérer catégoriquement alors que, quelque temps après, il a fait des dénonciations, et ce en l’absence de son homme de loi ?
AR : Autant que je sache, c’est en présence de Me Lassemillante qu’Ashish Dayal s’est mis à table…
PLSL : Mais il n’a pas été le seul à collaborer ?
AR : En effet, Hayeshan Madarbaccus a aussi coopéré.
PLSL : Nous avons eu des informations selon lesquelles des officiers auraient prelevé de l’argent et de la drogue qui se trouvaient sur Dayal et Madarbaccus.
AR : Si c’est vrai, c’est très grave. Mais je n’ai vu aucun de mes officiers prendre de l’argent ou de la drogue.
PLSL : Malheureusement, nous n’avons pas les noms des officiers qui seraient concernés. Si tout cela s’avère vrai, vos officiers seraient des trafiquants également !
AR : Après le démantèlement du réseau Gro Derek, il y a eu tellement de rumeurs à notre sujet. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle je suis là aujourd’hui.
PLSL : Revenons à vos comptes bancaires. Il y a eu de gros dépôts dans les mois qui ont suivi cette affaire…
AR : Je peux l’expliquer.
PLSL : Comment se fait-il que, étant posté à Plaine-Verte, vous ayez enquêté sur Gro Derek, qui vit dans l’Ouest ? Et retrouvé l’argent à Pereybère ? Ce n’est pas votre région ça…
AR : En effet, tout comme Dayal habite à Quatre-Bornes et que la drogue a été retrouvée dans un campement à Pereybère. J’étais posté à Plaine-Verte mais j’enquêtais aussi sur des cas qui m’ont amené à Mahébourg, entre autres.
PLSL : La perception, c’est que vous ayez protégé le réseau d’Islam/Ramoly, à Plaine-Verte, pour faire tomber un gang rival, celui de Gro Derek…
AR : Je suis un policier honnête et travailleur. Je n’ai rien fait du tout de ce que ces allégations m’imputent.
L’inspecteur Rujub a poursuivi en relevant que « c’est triste à dire, mais il existe une compétition très malsaine » au sein de l’ADSU. « Je souhaiterais que d’autres collègues soient soumis aux enquêtes comme moi en ce moment. Je ne sais pas pourquoi on s’acharne sur moi. Nous sommes censés travailler en équipe, mais c’est loin d’être la réalité… » Le reste de la déposition de Assad Rujub s’est déroulé à huis clos. L’inspecteur est actuellement posté à Terre-Rouge et a ajouté qu’à « divers reprises, moi-même, ma femme, mes enfants et ma famille avons été victimes de menaces de mort ».
Par ailleurs, l’épouse de l’inspecteur Rujub, Bilkiss Banon, a succédé à son mari devant la commission. Paul Lam Shang Leen l’a interrogée sur les divers versements en liquide effectués sur le compte en banque et lui a donné 15 jours pour produire des justificatifs.