Après le récent passage du trafiquant Siddick Islam, alias Ner, devant la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, une autre étape délicate est franchie cet après-midi. En effet, Peroumal Veeren, celui qui a la réputation d’être le parrain des parrains du réseau de drogue à Maurice et dont le nom est cité comme étant derrière les plus gros coups dans ce domaine – y compris les trois saisies de mars dernier, soit les 157 kilos d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 2,5 milliards –, est entendu par la commission d’enquête sur la drogue. Avec ce développement, d’importantes mesures de sécurité, nécessitant l’Helicopter Squadron et le déploiement de membres du corps d’élite du Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM), ont été décidées pour parer à toute éventualité en matière de sécurité et prévenir tout risque d’évasion, comme le voulait la rumeur. Toutefois, la dimension la plus cruciale de cette audition sur le réseau de drogue pourrait ne pas être du domaine public. Le témoin trafiquant et la commission d’enquête pourraient en effet se réserver le droit d’avoir recours au huis clos pour une partie des travaux du jour.
Les différents protagonistes engagés dans la lutte contre la drogue et les travaux de la commission d’enquête n’écartent pas la possibilité de voir Peroumal Veeren se lancer dans un exercice de règlement de comptes avec ceux qui lui mènent la vie dure depuis des années. D’ailleurs, récusant le titre de parrain de la drogue, par l’entremise de ses Legal Advisers, il a déjà logé des cas de diffamation en cour contre des titres de presse, dont le groupe Le Mauricien, en ce début d’année. « Dans sa demande en vue de comparaître devant la commission d’enquête, Peroumal Veeren a exprimé le souhait de faire des dénonciations contre des politiciens et autres par rapport au trafic de drogue. Avec cette convocation, il ne devrait pas rater son objectif », laisse-t-on entendre dans les milieux proches de la commission d’enquête.
L’une de ses cibles préférées, susceptible d’essuyer des allégations, devrait être les membres en vue de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU). Peroumal Veeren ne garde en effet pas en odeur de sainteté l’assistant surintendant de police et ancien membre de l’ADSU, et aujourd’hui affecté aux services de la commission Lam Shang Leen, Hector Tuyau. Ce trafiquant de drogue a encore en mémoire cette poursuite dans la région de Sodnac lors de sa première arrestation pour délit de drogue. Le trafiquant avait pu se débarrasser des preuves, sous la forme d’une trentaine de doses d’héroïne, en les jetant dans un champ de cannes. Mais les enquêteurs de l’escouade Tuyau de l’époque ne devaient rien laisser au hasard en passant au peigne fin la région et en récupérant l’objet du délit, sous la Dangerous Drugs Act. Mais il y a aussi l’actuel commissaire de prison, Vinod Appadoo, ancien Deputy Commissioner of Police à l’ADSU. Il faudra également ajouter à cette liste la “Junior” de Me Raouf Gulbul, Me Tisha Shamloll, qui avait levé le voile sur les dessous de l’opération « devir lanket ».
D’autre part, il ne faudra nullement être étonné si cette audition de Peroumal Veeren se transforme en un nouvel épisode de l’opération « pass sifon avek mop sal dan lakaz mama » en faveur des conseils légaux de celui-ci et des membres de son entourage. Contrairement à Siddick Islam, Peroumal Veeren ne compte nullement s’acharner contre Me Gulbul, à moins d’une volte-face inattendue.
En contrepartie, la commission d’enquête ne se laissera nullement mener à la baguette par les allégations de ce trafiquant de drogue. La question du jour reste sans compter de connaître le nombre de téléphones cellulaires saisis sur Peroumal Veeren dans sa cellule ou sur ceux étant à son service en prison. Le chiffre pourrait susciter des surprises car une première indication avance un nombre supérieur à la vingtaine. Et quid du nombre d’appels recensés lors de l’examen scientifique des cartes Sim par les autorités compétentes ? Le relevé de ces appels et des contacts devrait s’avérer déterminant.
D’aucuns affirment que l’ancien juge de la Cour suprême pourrait faire avoir l’embarras du choix pour l’étape du contre-interrogatoire de ce prisonnier ayant une chaîne en or de plus de Rs 1 million en prison ou bénéficiant des services de prisonniers pour lui donner son bain quotidiennement, voire pour « retirer son pot ». A cet effet, les dossiers ayant trait à des Senior Members at the Bar se bousculent. D’abord, il y a les honoraires de Rs 1,5 M versés à Me Rex Stephen, qui fait encore l’objet d’enquête au niveau de l’Independent Commission against Corruption (ICAC).
Le dossier du Chairman de la Gambling Regulatory Authority et de la Law Reform Commission, et candidat battu aux élections générales du 10 décembre 2014, Raouf Gulbul, devra également être en vedette. Les révélations de Tisha Shamloll devront servir de toile de fond pour permettre à la commission de démêler cet écheveau liant Me Gulbul à Peroumal Veeren, en passant par la possibilité du financement de la campagne électorale avec « larzan ladrog ». Des recoupements d’informations indiquent que l’audition du jour de Peroumal Veeren devrait servir de prélude à la convocation de Me Gulbul devant la commission, annoncée comme un des “Highlights” des travaux, qui aborderont très bientôt leur dernier virage…