Navind Kistnah a gauche

C’est une affaire qui est prise au sérieux par les Casernes centrales car elle concerne la famille de Navind Kistnah, “witness-in-waiting” dans l’enquête sur la saisie de Rs 2 Mds d’héroïne dans le port en mars 2017.

Dans une déposition consignée au poste de police de La Tour Koenig hier, un proche de Navind Kistnah a déclaré qu’un véhicule s’était arrêté hier devant leur maison, à Montée S, avec plusieurs personnes à bord, ces dernières devant ensuite se présenter comme des officiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU). « Bizin fer enn la fouy kot u madam », au- raient-ils déclaré avant d’entrer à l’intérieur de la maison. La plaignante a cru qu’elle avait affaire à de vrais officiers de la brigade antidrogue en quête d’informations qu’auraient communiquées Navind Kistnah aux hommes du DCP Choolun Bhojoo.

Étant donné que ces « policiers » étaient éparpillés dans plusieurs pièces de la maison, la propriétaire des lieux n’a pu assister à tous leurs mouvements. N’ayant rien trouvé, ils sont repartis. Ce n’est qu’après l’arrivée d’autres membres de la famille que la plaignante a commencé à émettre des doutes sur cette équipe qui avait débarqué chez elle, d’autant qu’il n’y avait aucun élément de la Special Supporting Unit ou de la Dog Section pour les assister, comme c’était le cas précédemment. Soupçonnant qu’il y avait anguille sous roche, elle a vérifié ses effets personnels et s’est alors rendu compte que des bijoux et d’autres effets personnels avaient disparu. Le préjudice s’élève à Rs 50 000.

Par la suite, les proches de Navind Kistnah ont pris contact avec le quartier général de l’ADSU, qui leur a confirmé qu’aucune équipe n’avait eu l’autorisation d’effectuer une fouille chez eux. Estimant qu’ils avaient affaire à des faussaires, ils ont rapporté le cas à la police. D’après les renseignements recueillis, la CID de Port-Louis Sud se penchera sur ce cas.

Du côté des Casernes centrales, les enquêteurs de l’ADSU s’interrogent sur le motif de cette perquisition et n’écartent pas la possibilité que ces personnes aient été envoyées par un trafiquant de drogue dans une tentative d’intimider Navind Kistnah. Ce dernier a en effet fait de grosses révélations depuis son arrestation en accusant le caïd Peroumal Veeren d’être le commanditaire de la cargaison de drogue saisie au port en mars 2017.

L’ADSU est en présence, a-t-on appris, des “itemised bill” et d’une centaine d’appels téléphoniques effectués en Afrique du Sud d’une durée de quelques secondes. Cet aspect sera abordé par l’ADSU dans les prochains jours. Suite à ce cas, la police de La Tour-Koenig et des limiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Sud se sont rendus au domicile de ce dernier, ce mercredi 4 avril pour faire la lumière sur cette affaire.