Sharris Sumputh lors de sa comparution en cour en février 2018

Sharris Nath Sumputh, le gérant de la discothèque Xindix, est maintenu en détention après avoir été arrêté le 4 septembre 2018 avec 7g de haschich et 43g de LSD. Il devait toutefois réclamer la liberté provisoire. Dans un arrêt rendu par le magistrat Navish Jheelan, siégeant à la Bail and Remand Court, ce dernier a donné à la poursuite jusqu’au 29 août pour loger une charge formelle, au cas contraire l’homme d’affaires devra être relâché sous caution.

Sharrish Sumputh avait été arrêté à son domicile, le 4 septembre 2018, lors d’une opération des enquêteurs de l’ADSU. Le gérant de la discothèque Xindix était alors en possession de 7g de haschich et 43g de LSD, le tout ayant une valeur marchande de Rs 662 000. Il fait ainsi l’objet d’une charge provisoire de trafic de drogue en Cour de district de Curepipe. Le suspect a par la suite fait une requête pour être libéré sous caution mais la poursuite y a objecté.

Le policier en charge de l’enquête avait indiqué en cour que la copine de Sharris Sumputh avait soutenu que la drogue lui appartenait. Le prévenu avait pour sa part nié les accusations portées contre lui dans ses dépositions à la po- lice. Toutefois, le magistrat devait prendre note

du fait que la drogue avait été saisie au domicile du prévenu et que ce dernier avait admis son méfait lors de la perquisition.

Par ailleurs, comme raison d’objection de la police, il est estimé que le prévenu « fuit la justice ». Le magistrat a pris en considération le fait qu’il ait sa famille à Maurice, qu’il gère une boîte de nuit et que des conditions strictes peuvent être imposées pour réduire ce risque. La police devait aussi faire état de la possibilité qu’il récidive, rappelant qu’il a déjà été arrêté en février 2018 avec de la drogue.

Le magistrat devait ainsi statuer que le pré- venu ne s’est pas éloigné de la drogue lorsqu’il a été remis en liberté après son premier délit. Ce- pendant, il devait trouver que cela fait près de huit mois que Sharris Sumputh est en détention et que la police a affirmé que l’enquête est en phase d’être bouclée après avoir récemment reçu le rapport de la FSL sur la drogue saisie. Ainsi, Navish Jheelan a lancé un ultimatum à la poursuite pour loger des charges formelles avant le 29 août. Au cas contraire, le prévenu sera libéré, et ce s’il est capable de s’acquitter d’une caution de Rs 300 000 et de signer une reconnaissance de dettes de Rs 500 000.