• Kamir Osman, qui a déjà purgé sa peine à La Réunion, rattrapé par ses transferts de devises en Inde, à La Réunion et à Madagascar

Kamir Osman, l’un des complices de Mike Brasse dans la tentative avortée de trafic de 42,6 kg d’héroïne entre La Réunion et Maurice en novembre 2016, a été rattrapé par différents transferts de devises à son nom. Avec son retour à Maurice après avoir purgé sa peine à l’île sœur, il a été entendu “under warning” hier au QG de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). Les premières indications sont qu’il a été interrogé sous les dispositions de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act.

Le dénommé Osman a été amené à fournir des explications au sujet d’une série de transferts de fonds opérés entre 2014 et 2016, notamment vers l’Inde, La Réunion, la Grande-Bretagne et Madagascar ainsi que des transactions en devises étrangères auprès d’un cambiste à Maurice. Ce trafiquant de drogue, déjà condamné à La Réunion, a pu rentrer chez lui hier mais doit se tenir à la disposition de l’ICAC.

Un autre complice de Mike Brasse qui a bénéficié d’un service express de la part de “very high quarters” aux Casernes centrales pour un nouveau passeport en vue de se rendre à La Réunion pour trafic de drogue a déjà été interrogé par l’ICAC pour le délit de blanchiment de fonds. Le dénommé Capdor, qui avait été condamné par le tribunal de Saint-Denis, a déjà consigné sa version des faits formellement.

Mike Brasse et ses deux complices avaient été interpellés par les autorités à La Réunion suite à une saisie record de 42,6 kg d’héroïne à bord du bateau mauricien Sweet Love Mama, dans le port de Sainte-Rose à l’île de La Réunion dans la nuit du vendredi 11 novembre 2016. Le skipper figure parmi les trois Mauriciens arrêtés à ce moment-là. Il est aussi le propriétaire du yacht Îlot Gabriel, également intercepté au port ouest de l’île sœur. Le yacht Îlot Gabriel, qui est capable d’effectuer le trajet entre Madagascar et Maurice en passant par La Réunion, est également soupçonné d’avoir été servi pour stocker la drogue.

Mais un autre volet de cette enquête relative aux affaires de Mike Brasse reste encore en suspens. L’enquête de l’ICAC sur les circonstances dans lesquelles ce trafiquant de drogue s’était vu octroyer un nouveau passeport pour se rendre à l’île sœur est “in abeyance”. L’ICAC attend d’enregistrer la déposition de Mike Brasse, toujours en prison à La Réunion pour enclencher les procédures.

Dans cette affaire, de graves allégations ont été portées à l’encontre de la plus haute hiérarchie au sein de la force policière avec le dossier déjà évoqué lors du “Question time” à l’Assemblée nationale. Affaire à suivre.