L’enquête de l’escouade de l’Anti Drug and Smuggling Unit de Plaine-Verte, menée par l’inspecteur Assad Rujub, sur la double saisie d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 180 millions à Pereybère et dans la forêt Daruty à Forbach abordera une semaine cruciale. Dans un premier temps, le principal suspect Rudolf Dereck Jean-Jacques (alias Gros Dereck) devra être confronté pour la première fois aux allégations documentées et consignées contre lui par le chauffeur de taxi et ancien bras droit Ashish Dayal dans le trafic de cette drogue. En parallèle, l’Independent Commission Against Corruption, la Mauritius Revenue Authority et l’ADSU conjuguent actuellement leurs efforts pour compléter dans les meilleurs délais les procédures en vue d’un Audit Trail sur les principaux placements des chefs de file du réseau.
Le repenti Ashish Dayal poursuit sa collaboration avec les limiers de l’ADSU à travers une reconstitution des faits de ses différents contacts avec le skipper de l’Ange Rapide, Bruno Westley Casimir, pour la récupération de la drogue venant de Madagascar et jetée en pleine mer à l’arrivée du Mauritius Trochetia. Compte tenu des accusations de trafic de drogue proférées contre lui par son ancien bras droit et homme de confiance, Gros Dereck, habitant Cité Richelieu, pourrait être rattrapé par des signes extérieurs de richesse qui font actuellement l’objet d’un inventaire complet des autorités agissant sous la Assets Recovery Act.
À ce jour, outre les deux grosses cylindrées – une BMW X5 et une BMW 645 de grand luxe – qui ont été saisies, d’autres véhicules, dont une Mitsubishi utilisée par le skipper Casimir pour ses déplacements en mission pour le compte de Gros Dereck et la BMW mise à la disposition d’Ashish Dayal, font l’objet d’une enquête policière.
Le point commun de tous les véhicules répertoriés pour le compte du réseau du parrain de l’Ouest est attribué à une compagnie gérée par un homme d’affaires de Quatre-Bornes. Les limiers de l’ADSU de Plaine-Verte poursuivent leur travail de compilation sur ces véhicules à la National Transport Authority (NTA) avant de convoquer le principal concerné pour l’interroger sur ses relations avec Gros Dereck et la gestion de cette flotte de voitures de luxe. Les explications de ce gestionnaire de flotte de voitures sont attendues avec impatience par l’ADSU pour la suite de l’enquête.
Entre-temps, les responsables de l’ADSU, de l’ICAC et de la MRA poursuivent leurs consultations en vue de mettre au point la stratégie à être adoptée pour l’Audit Trail des placements et des investissements effectués par les chefs de file du réseau de l’Ouest. Pas plus tard que hier matin, des représentants de ces différentes instances se sont réunis pour passer en revue les derniers développements et déterminer la marche à suivre.
Les autorités soupçonnent que d’importants mouvements de fonds sur la base de prête-noms ont été effectués dans le secteur des loisirs et du monde du jeu. Le rachat de la gestion d’un important complexe, comprenant discothèque et restaurants sur la côte ouest est actuellement passé au peigne fin en vue de confirmer des preuves de participation de la bande à Gros Dereck dans le montage financier relatif. Une autre filière de blanchiment de fonds intéressant l’ADSU, la MRA et l’ICAC concerne la conversion des recettes de drogue en devises et leur transfert à l’étranger.
L’exercice d’Audit Trail avec des Judge’s Orders pour avoir accès aux transactions bancaires est précédé par une étape d’Intelligence Gathering sur le terrain, qui est actuellement en voie d’être complétée par des spécialistes de la question à l’ICAC, la MRA et l’ADSU. Ces données attendent d’être validées officiellement avant d’être utilisées par les membres du personnel d’Assets Recovery au DPP’s Office à toutes fins utiles.
Interrogatoire “under warning”
Pour ce qui est de l’enquête de l’ADSU, initiée depuis le 12 juillet avec la saisie de sept kilos d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 105 millions dans un bungalow à Pereybère, l’heure de l’interrogatoire de Gros Dereck et du skipper Casimir a sonné. Les tentatives de réconcilier le calendrier de travail des hommes de loi, dont les services ont été retenus par le suspect, et l’horaire des interrogatoires n’ont pas donné les résultats escomptés. De ce fait, des dispositions ont été prises pour que ces suspects soient interrogés under warning dès le début de la semaine prochaine.
De son côté, Ashish Dayal, qui semble avoir réussi la première étape de son Credibility Test avec les informations fournies aux enquêteurs de l’ADSU, a participé dans la journée d’hier à un nouvel exercice de reconstitution des faits. Il a montré aux hommes de l’inspecteur Rujub les différents lieux de rendez-vous avec le suspect Casimir lors des deux occasions où il était sorti en mer pour récupérer les colis d’héroïne placés dans des bouteilles de lait en plastique hermétiquement scellées.
Invariablement, les rendez-vous que ce soit avec Westley Casimir pour les sorties ou après avec Gros Dereck pour la vérification des marchandises se déroulaient dans les parages d’un commerce très connu le long de la route Royale à Baie-du-Tombeau. Le chauffeur de taxi a également indiqué à l’ADSU l’endroit – le long de Chemin-Vingt-Pieds menant à Grand-Baie –, où il se débarrassait des bouteilles de lait en plastique après recouvrement de la drogue venant de Madagascar.
Toujours dans le cadre de cette reconstitution, l’ADSU compte solliciter la collaboration de la National Coast Guard pour un exercice de simulation en mer avec le chauffeur de taxi. Très peu de détails ont été divulgués jusqu’ici sur ce programme de travail en raison de la sécurité d’Ashish Dayal.