Le Port de Ste Rose

Le Mauricien Mike Brasse a été condamné à 8 ans de prison et les deux autres ressortissants mauriciens Osman Kamil Mohamed, dit Azal, et Almonzo Royce Capdor ont été condamnés respectivement à 4 ans et 3 ans de prison.

Mike Brasse a écopé d’une peine de huit ans de prison

La Réunionnaise Corine Clain a, de son côté, écopé d’une peine de 4 ans. Son fils aîné, Kevin Zettor, a été condamné à 2 ans dont un avec sursis. Le plus jeune, Grégory Grondin, a, lui, été relaxé.

Les deux bateaux, qui servaient de transport pour la marchandise, ont été confisqués. Les cinq condamnés devront également payer solidairement 1,7 millions d’euros.

Le procès de ces six personnes dans une affaire de stupéfiants s’est déroulé lundi 5 février au tribunal de Saint-Denis. Ces suspects étaient impliqués dans un trafic de plus de 42 kilos d’héroïne. La marchandise a été interceptée en novembre 2016 au Port de Sainte-Rose.

La Réunion n’aurait été qu’une plateforme de transfert entre Madagascar et l’île Maurice d’après les premiers éléments de l’enquête.

Un bateau plein d’héroïne

Pour rappel, dans la nuit du 10 au 11 novembre 2016, dans le petit port de pêche de Sainte-Rose, les douaniers mènent un contrôle. Ils se sont déplacés dans l’Est en se basant sur un tuyau obtenu plusieurs semaines auparavant, à propos du passage de Mauriciens au Port Est après une avarie mécanique.

Il est 00h15 précisément quand la douane passe à l’action en solo. Les occupants de deux véhicules stationnés côte à côte sont priés d’ouvrir leur malle. La pêche est miraculeuse. La Seat Ibiza est bourrée de drogue et de carburant. Il y a là pas moins de 42,2 kilos d’héroïne, 6,2 kilos de résine de cannabis, un peu d’herbe (174 grammes) et 140 litres de carburant, répartis dans sept bidons.

L’héroïne est presque pure, ce qui en fait une saisie particulièrement spectaculaire. Une analyse toxicologique confirmera qu’elle « très fortement dosée ». C’est ce que les spécialistes appellent de la « tête de trafic ». Autant dire qu’elle peut aisément semer la mort en cas de surdose. Pour les trafiquants, elle présente l’avantage de rapporter gros une fois coupée.

À la revente, on estime qu’elle aurait permis au commanditaire de l’opération de collecter 1,68 million d’euros auxquels s’ajoute la résine pour un montant de 12 400 euros. Du jamais vu à La Réunion.

Les douaniers comprennent vite que la Réunionnaise présente sur les lieux, ses fils et sa belle-fille ne sont que du menu fretin. Cette dernière a suivi le mouvement. Le plus jeune des fils en savait un peu plus long mais son rôle se serait limité à celui de guetteur. Un bien piètre guetteur qui n’a pas vu venir la patrouille.

Par contre, la mère, Corine Clain, focalise toutes les attentions. Elle ne fait pas longtemps mystère qu’ils sont là pour rendre leur marchandise aux passeurs. Leur bateau doit accoster au beau milieu de la nuit quand il n’y aura plus un chat à l’horizon. Les douaniers montent une souricière. L’attente s’avère payante.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est 3h45 quand un bateau à moteur, « le Sweet Love Mama », se pointe à quai. Trois Mauriciens tombent à leur tour dans les filets des douaniers. Mike Brasse est le skippeur de la bande. C’est lui qui entretient des liens étroits avec Corine Clain. Ils sont amants depuis 6 ans. Royce Capdor, lui aussi skippeur, est le propriétaire de l’embarcation qui a permis de rallier La Réunion. Le troisième équipier, Osman Kamil Mohamed, alias « Azal », est mécanicien auto. Son rôle, plutôt trouble au départ, pourrait réserver des surprises.

(Sources Linfo.RE, Clicanoo)