Poursuivis pour possession et trafic de drogue, le passeur malgache Mamisoa Tantely Petera Randriamapionana et son contact local, un ex-officier de l’ADSU, Guito l’Évêque, ont comparu devant la Cour d’assises hier. Leurs avocats ont envoyé une lettre au Bureau du DPP faisant certaines demandes relatives aux charges. Me Shakeel Bhoyroo, représentant du DPP, a fait comprendre qu’il avait tout juste reçu la lettre et a demandé plus de temps pour faire connaître sa position. L’affaire sera de nouveau appelée le 4 février.
Lors de la dernière audience, les deux accusés avaient fait savoir à la Cour qu’ils n’avaient pas les moyens de retenir les services d’un homme de loi et avaient demandé l’assistance juridique. Me Noor Hosseny a été commis d’office pour défendre le Malgache alors que Guito l’Évêque sera représenté par Me Aroughen Aran assisté de Me Nirmal Basgopal.
Le 1er octobre 2013, le malgache âgé de 26 ans arrive à l’aéroport SSR et se fait passer pour un comptable. Il est repéré par les limiers de l’ADSU qui sont postés à Plaisance mais nie toute implication dans un quelconque trafic de drogue. Les soupçons des enquêteurs affectés à l’aéroport se confirment cependant lors de la visite médicale du Malgache, qui a révélé qu’il avait 38 boulettes dissimulées dans son estomac. Après avoir restitué les 380 grammes de drogue, il passe aux aveux concernant l’axe Madagascar/Maurice. Mamisoa Tantely Petera Randriamapionana accepte de collaborer avec les enquêteurs de l’ADSU en vue de remonter la piste du suspect Guito l’Évêque. Une opération de haute surveillance sur un axe Madagascar/Maurice débouchera sur l’arrestation de l’ancien policier affecté à l’ADSU. Guito L’Évêque aurait annulé à plusieurs reprises la livraison de cette cargaison de drogue dans le courant de la semaine précédant l’arrivée du Malgache. Mais ce jour-là, Mamisoa Tantely Petera Randriamapionana, sous haute surveillance policière depuis sa descente d’avion, devait recevoir des instructions de son contact local pour se rendre à Baie-du-Tombeau avec le colis. Tous les moyens avaient été mis en oeuvre en vue de contourner toute intervention policière lors de la livraison, le commanditaire ordonnant à la muse de faire le trajet par autobus. Guito L’Évêque devait se présenter comme convenu à l’heure du rendez-vous dans les parages du supermarché Simla. À aucun moment, le suspect n’a imaginé que le périmètre avait déjà été quadrillé par les agents de l’ADSU et qu’il était en fait piégé. Au moment où il réceptionnait la marchandise, l’escouade de l’ADSU est intervenue et l’a arrêté. Il est également poursuivi dans cette affaire.