La magistrate Véronique Kwok Yin Siong Yen, présidente de la cour criminelle intermédiaire, a prononcé un verdict d’acquittement en faveur d’un colporteur âgé de 31 ans, un dénommé Kishan Persad. Celui-ci était accusé de possession de Subutex, durant son incarcération à la prison de Petit-Verger.
Le délit allégué, pour lequel il a plaidé non coupable, aurait été commis le 8 février 2013. Le garde-chiourme Auchoybur a affirmé avoir escorté l’accusé ce jour-là à l’unité d’isolement de l’établissement pénitentiaire, parce qu’il ne s’est pas rendu, comme prévu, à l’atelier des tailleurs où il devait travailler. Le garde-chiourme Candasamy était également présent.
A un certain moment, un des gardiens a vu le prisonnier cracher quelque chose. Puis il a ramassé par terre un petit colis. Il s’est rendu au bureau du responsable de la prison où il a été constaté que le colis contenait 17 papiers dans lesquels il y avait d’une poudre de couleur blanchâtre. L’ADSU a été alertée, et, au cours de l’enquête qu’elle a menée, l’accusé a soutenu que la poudre était du Panadol. Il a insisté sur le fait qu’il n’a rien craché et qu’il n’avait rien dans la bouche, sinon il n’aurait pu parler. Une fouille corporelle a permis de voir qu’il y avait en sa possession uniquement un briquet.
Kishan Persad a expliqué qu’il ne pouvait prendre le risque de commettre une telle bêtise, étant donné qu’il ne lui restait que sept mois à purger.