Poursuivi en Cour intermédiaire (affaires civiles) pour avoir donné de fausses déclarations à la police dans une affaire de drogue, un dénommé Iyammah a été blanchi.
Selon l’acte d’accusation, l’accusé aurait menti à la police en incriminant un trafiquant de drogue dans une déposition alors que lors de son audition en cour, il avait joué l’ignorance. Toutefois, le magistrat Azam Neerooa devait trouver plusieurs lacunes dans la manière dont la police et la poursuite ont procédé avec le procès, et a décidé de rayer la charge portée contre l’accusé.
Iyammah avait plaidé non-coupable en cour. Selon ladite fausse déclaration, l’accusé aurait soutenu que les 30,2 grammes d’héroïne qui se trouvaient en sa possession le 31 mai 2004 à la municipalité de Quatre-Bornes lui avaient été remis par un certain Kadaree. Il est aussi indiqué dans une déclaration que l’accusé avait identifié Kadaree par la suite comme étant le suspect.
Toutefois, le procès du suspect Kadaree, qui avait été arrêté après les allégations de Iyammah, avait été rayé en Cour intermédiaire, car l’accusé n’avait pas témoigné contre lui. En fait, Iyammah avait déclaré qu’il n’avait rien à dire quand il fut interrogé en cour, ce qui lui avait valu une amende de Rs 2 000. Kadaree n’avait toutefois pas remis en question la déclaration de l’accusé, précisant par contre qu’Iyammah l’avait identifié comme celui qui lui avait remis la drogue mais qu’il n’avait rien contre lui à ce jour. De ce fait, le magistrat a trouvé qu’il n’y avait aucune preuve démontrant que la déclaration était trompeuse vu que la poursuite n’a à aucun moment questionné le suspect à ce sujet. De plus, le magistrat a décelé une sérieuse lacune qui a mené à sa décision de disculper l’accusé, à savoir le fait que le policier qui a interrogé l’accusé under caution ne lui a pas lu la déclaration du suspect Kadaree afin de le confronter aux faits et lui présenter les motifs de son interpellation.