Que ce soit du côté de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) ou de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), l’heure est à l’offensive dans les enquêtes sur les saisies record de mars dernier d’une valeur marchande de Rs 2,5 milliards. Sur la base des premiers éléments fournis dans le cadre d’une première Voluntary Statement consignée par le suspect Navin Kistnah depuis son rapatriement du Mozambique via l’Afrique du Sud, les hommes du Deputy Commisioner of Police, Choolun Bhojoo, directeur général de l’ADSU, ont déjà établi une première liste de suspects à être interpellés. Les premières opérations ont démarré hier avec l’arrestation d’Imteeyaz Baccus, un habitant de Coromandel dans la trentaine. De nouvelles arrestations sont à prévoir au fur et à mesure que progresse l’enquête du côté des Casernes centrales.
 Dans le camp de l’ICAC, les enquêteurs sous la supervision du commissaire Navin Beekarry détiennent un document accablant, sous forme d’un carnet contenant une soixantaine de noms, dont une dizaine de « Practicing Lawyers », et également certains en noms codés. Les informations portent, dans une grande mesure, sur les dessous du trafic de drogue et les ramifications sur le plan du réseau de Money Laundering, avec des opérations dans l’Offshore et des placements à l’étranger. Ce volet de l’enquête se déroule en parallèle à l’interrogatoire Under Warning de Shahebzada Azaree, propriétaire de Gloria Fast Food. Celui-ci, qui s’est rendu au QG de l’ICAC en début d’après-midi d’hier, est de nouveau attendu ce matin avec la fin de l’exercice sous les dispositions du Financial Intelligence and Money Laundering Act annoncé pour demain.
La fin de cette semaine, soit 45 jours depuis la découverte dans un conteneur des cinq compresseurs avec 135 kilos d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 2 milliards, devrait s’avérer décisive dans la nouvelle orientation de l’enquête de l’ADSU. Des sources bien informées confirment que l’escouade d’enquêteurs, travaillant directement sous le contrôle du DCP Bhojoo, est déjà en présence des premières révélations de Navin Kistnah au sujet des protagonistes de ce réseau de trafic de drogue sous la forme d’une Voluntary Statement initiale consignée dès son arrivée à Maurice durant le week-end.
La confirmation de l’existence de ces détails devra être obtenue probablement dès cet après-midi, quand les hommes de loi du suspect, en l’occurrence Mes Rama Valayden et Neelkanth Dulloo, se rendront à l’ADSU pour les besoins du démarrage de l’interrogatoire formel. Cependant, aucune des sources concernées n’a voulu s’aventurer à commenter ce détail de peur de « porter atteinte à l’intégrité de l’enquête ».
Toutefois, les premières arrestations opérées par l’ADSU, hier, vont dans ce sens. Un dénommé Imteeyaz Baccus devait être présenté devant le tribunal de Port-Louis dans le cadre de l’enquête sur les compresseurs d’héroïne d’Afrique du Sud. Les indications sont que cet habitant de Coromandel, qui a retenu les services de Me Assad Peeroo, a été dénoncé à l’ADSU par le dénommé Kistnah comme ayant déjà importé des cargaisons d’héroïne à Maurice. Dans un premier temps, soit dans la matinée, la compagne de Imteeyaz Baccus fut placée en garde à vue vu que les recherches pour interpeller le prévenu étaient vaines.
Toutefois, Imteeyaz Baccus devait se rendre à l’ADSU en compagnie de son homme de loi en cours d’après-midi, avec sa compagne remise en liberté. Cet habitant de Coromandel rejette catégoriquement les allégations de trafic de drogue contre lui. Il soutient qu’il a été victime d’un règlement de comptes de la part de Navin Kistnah. Pour étayer ses dires, il ajoute que Navin Kistnah a emprunté une somme de  Rs 300 000 et qu’à ce jour, il n’a pas encore remboursé sa dette.
Imteeyaz Baccus devait être reconduit en cellule policière à des fins d’enquête après sa comparution en Cour aujourd’hui. Il devient de plus en plus évident que d’autres arrestations devront intervenir pour le compte de l’ADSU.
Par ailleurs, l’ICAC est déjà passée à l’offensive sur le volet de blanchiment de fonds dans cette enquête de trafic de drogue. Des recoupements d’informations effectués auprès de sources concordantes indiquent que l’ICAC est en possession d’un document présenté comme étant explosif. Plus d’une soixantaine de noms, dont certains fichés comme des trafiquants de drogue présumés, des prête-noms, d’une dizaine d’hommes de loi, figurent dans ce « Karne Laboutik », jalousement conservé dans un coffre au QG de l’ICAC. À ce stade, les noms des Practicing Lawyers sur le carnet de l’ICAC se recoupent avec ceux qui ont été établis dans le cadre de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême, Paul Lam Shang Leen. Ces hommes de loi attendent d’être entendus par la commission d’enquête au sujet de leur connexion avec des trafiquants purgeant de lourdes peines d’emprisonnement. Le nom de Navin Kistnah est également inclus dans cette liste.
Sur la base des détails de ce Karne Laboutik, l’ICAC a déjà entendu un expert-comptable et un spécialiste du Global Business Sector, dont les services avaient été retenus par un trafiquant notoire pour la mise sur pied d’une société Offshore pour dissimuler des Ill-Gotten Gains. Ces auditions, qui se sont déroulées, hier, devront reprendre la semaine prochaine vu que des compléments d’informations sur des opérations en termes de Bitcoins et de lingots d’or devront être versés dans le dossier à charge. Il n’est pas à écarter que l’enquête de l’ICAC sur le blanchiment de fonds pourrait révéler d’importants investissements dans l’immobilier à l’étranger sans compter les acquisitions de bateaux de plaisance.
En parallèle, l’ICAC s’est engagée dans l’interrogatoire formel du propriétaire de Gloria Fast Food et Nominator du coursier Jambaman au Mauritius Turf Club. En compagnie des hommes de loi de Glover Chambers, Dade Azaree est entendu depuis hier sur ses Sources of Funds, notamment pour ses investissements dans la sphère hippique, ses sorties nocturnes dans des boîtes de nuit ou encore ce voyage à Wembley en Grande-Bretagne en compagnie de ses amis, tous frais payés, pour assister à une finale de football.
Dade Azaree a dû se rendre de nouveau ce matin à l’ICAC pour la reprise de l’exercice Under Warning, qui devra être bouclé demain, les enquêteurs devant décider s’il y a lieu de charges provisoires…