En cette fin de semaine, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a mis les bouchées doubles sur le volet de blanchiment sur fond de trafic de drogue. Le principal protagoniste dans les saisies record d’héroïne d’une valeur de Rs 2,5 milliards, Navin Kistnah, 34 ans, ayant déjà effectué des premières révélations sur le réseau à l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU), les hommes du commissaire Navin Beekarry se sont concentrés sur le cas du gérant de Gloria Fast Food, Shahebzada Azaree, 44 ans, aussi connu sous le nom de Dade, domicilié à Terre-Rouge. Après trois jours d’interrogatoire Under Warning, le Horse Racing Partner au Mauritius Turf Club (MTC) de Navin Kistnah, aussi connu sous le nom de Kushal Ramchurn, alias Kun, a été inculpé provisoirement pour le délit de blanchiment de fonds et se retrouve actuellement en liberté sous caution avec un régime draconien imposé. En début de semaine, il devra retourner dans les locaux de l’ICAC pour d’autres volets de l’enquête et également des Attachments Orders de la Cour suprême contre ses propriétés immobilières et autres grosses cylindrées. Par ailleurs, Geanchand Dewdanee, le directeur de Brillant Resources Consulting Ltd, qui tente le coup de la Bail Motion, a été admis au Cardiac Centre du Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital, hier après-midi. Une surveillance policière 24 heures sur 24 est assurée à son chevet.
Peu avant la fermeture des tribunaux, hier après-midi,  Dade Azaree a été inculpé du délit de blanchiment de fonds sous la section 3(1)(b) du Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. Il est accusé d’avoir misé la somme de Rs 225 000 au Casino du Grand Domaine à Pailles le 31 août 2016. Les explications du suspect n’auraient nullement convaincu l’ICAC, qui soupçonne que ces fonds proviendraient du trafic de drogue. De ce fait, en l’absence d’objection de la police, il a été remis en liberté provisoire contre une caution de Rs 50 000 tout en signant une reconnaissance de dettes de Rs 500 000. Il a été soumis à un régime draconien et contraignant avec des visites régulières au poste de police le plus proche de sa résidence trois fois par semaine, soit les lundi, mercredi et samedi entre 6h et 18h. Il devra aussi rester à la disposition de l’ICAC et ne pas prendre  contact avec, voire même s’approcher, des témoins entendus par l’ICAC dans le cadre de cette enquête.
De plus, la Commission anti-corruption se serait appuyée sur les déclarations d’impôts de Dade Azaree, sur son Business de Rapid Fast Food en vue de l’acculer sur son train de vie ; le montant maximal d’impôts payés par le suspect à la Mauritius Revenue Authority serait de Rs 23 000 annuellement. Ainsi, l’ICAC invoque qu’avec de tels revenus imposables, le gérant de Gloria Fast Food peut difficilement justifier les acquisitions foncières en son nom, soit deux terrains, une BMW, le sponsorship de journées de courses hippiques organisées sous l’égide du Mauritius Turf Club, les tournées de discothèques ou encore ce déplacement à Wembley pour une finale de football avec cinq autres partenaires et tous les frais encourus par lui-même. De ce fait, l’ICAC l’accule avec des soupçons de trafic de drogue en attendant de consigner la version des faits de Navin Kistnah après son interrogatoire par l’ADSU sur les saisies de 135 kilos et de 20,34 kilos d’héroïne des 9 et 24 mars derniers respectivement.
Avec cette première inculpation provisoire, accompagnée d’une interdiction de quitter le pays, Dade Azaree devra retourner à l’ICAC avec ses hommes de loi pour d’autres aspects de l’enquête. En même temps, l’ICAC devra saisir un juge siégeant en référé en Cour suprême pour des Attachment Orders sur ses biens immobiliers, voitures et autres comptes bancaires aux termes des dispositions de la loi sur le blanchiment de fonds.
Toujours en ce qui concerne les deux premières saisies record d’héroïne de mars, Geanchand Dewdanee, dont la présence au QG du Sun Trust demeure un sujet des plus embarrassants pour les dirigeants politiques au pouvoir, a logé une Bail Motion par les soins de son homme de loi, Me Neil Pillay. Les débats sur cette motion de remise en liberté ont été fixés au 3 mai prochain. Toutefois, après la comparution en Cour de Port-Louis, hier après-midi, le directeur de Brillant Resources Consulting Ltd, qui a été reconduit en cellule policière, a dû être admis d’urgence au Cardiac Centre du Pamplemousses. Un policier est affecté en permanence à son chevet en vue d’éviter tout contact avec des tierces parties.
L’ADSU, qui a cité le cas de Brillant Resources Consulting Ltd dans les deux charges provisoires de « Drug dealing with aggravating circumstances causing heroin to be imported with an averment of trafficking » sous les sections 30 (1) (b) (ii), 41 (3) (4) et 47 (5) (a) du Dangerous Drugs Act contre Navin Kistnah depuis son retour du Mozambique, compte objecter formellement à la remise en liberté provisoire de Geanchand Dewdanee.
Sibi Thomas, le ressortissant indien et partenaire au sein de Brillant Resources Consulting Ltd, a aussi logé une motion pour sa remise en liberté par le truchement de son homme de loi, Me Yousouf Ali Azaree. La motion sera débattue le 5 mai. Qui plus est, l’Asset Recovery Unit a déjà obtenu le feu vert de la Cour suprême pour procéder à la saisie de la BMW du ressortissant indien dans le cadre de l’enquête en cours.  
Ces deux suspects, qui ont été appréhendés par l’ADSU le lundi 13 mars dans cette affaire de saisie de drogue dans des compresseurs, ont été maintenus en cellule policière jusqu’au 27 courant. Ils clament leur innocence et affirment que le dénommé Navin Kistnah les a piégés en faisant usage de faux dans la documentation douanière pour le débarquement de ces deux conteneurs. La prochaine confrontation dans les locaux de l’ADSU entre ces deux directeurs de compagnie et l’habitant de Petite-Rivière devrait s’avérer cruciale pour la suite de l’enquête.
En cette fin de semaine, l’un des frères de Navin Kistnah multipliait les démarches en vue de s’assurer une protection policière pour sa famille et lui. Avec la détermination du directeur/Custom Clerk de KUN International Management Ltd de tout dévoiler sur le réseau de trafiquants de drogue, il dit craindre pour sa sécurité. « Ena dimounn lor motosiklet pe vine rode kot bann Kistnah reste dan Ti-Rivier », devait-il faire comprendre. Il lui a été conseillé de consigner une déposition au poste de police de sa localité, l’ADSU étant appelée à se prononcer sur la pertinence de cette protection rapprochée de la police pour les membres de la famille alors que la prochaine étape de l’interrogatoire formel de Navin Kistnah n’est prévue que pour le début de la semaine prochaine…