Huit jours après son arrestation choc alors qu’il s’apprêtait à animer la prière du vendredi à la Prison Centrale de Beau-Bassin à l’intention des détenus de foi islamique, l’imam Moosa Beeharry devra consigner la première partie de sa version des faits cet après-midi. En principe, ce suspect, dont le témoignage intéresse des agences internationales et régionales de lutte contre la prolifération des stupéfiants, est attendu en compagnie de ses hommes de loi, Mes Shawkat Oozeer, H. Oozeer et Twafiq Joomaye, dans les locaux de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) de Plaine-Verte. Tout semble indiquer que le premier volet de ces explications sera axé sur les “dealings” entre l’imam et le trafiquant Alain Emilien, alias Very Good, condamné initialement à 30 ans de prison pour trafic de drogue et par extension avec Gros Dereck pour les besoins financiers.
Les contacts de l’imam avec le prisonnier ougandais James Mukasa Kanamwanjee pourraient être d’un intérêt particulier pour des délits relevant de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act sous la responsabilité de l’Assets Forfeiture’s Office du bureau du Directeur des Poursuites Publique et l’Independent Commission Against Corruption. De leur côté, les dirigeants de la Prison Officers Association font part de leurs appréhensions avec la présence de bouncers et de trafiquants de drogue allégués à la prison de Beau-Bassin et à celle de La Bastille à Phoenix.
La priorité des priorités de l’heure des limiers de l’ADSU de Plaine-Verte menés par l’inspecteur Asaad Rujub est de confronter l’imam Beeharry aux accusations portées contre lui par le chauffeur de taxi de Quatre-Bornes Ashish Dayal au sujet des occasions de rencontres où d’importantes sommes d’argent variant entre 25 000 et 30 000 euros lui furent remises à chaque fois. La confirmation de ce premier détail marquera une nouvelle étape majeure dans cette enquête sur la saisie de 12 kilos d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 180 millions.
En effet, les aveux de l’imam la Prison Centrale connecteront de manière définitive les liens entre le dénommé Very Good, qui a été appréhendé à cité Chebel par une escouade de l’ADSU il y a 11 ans cette semaine, et Gros Dereck, qui était en charge des opérations de trafic de drogue à l’extérieur. Cette partie de la version des faits de l’officiant religieux, qui est également un spécialiste du Halal, viendra confirmer les faits énoncés précédemment par Ashish Dayal.