Poursuivi devant la Cour d’assises pour possession d’héroïne à des fins de trafic, Allan Stockhall a comparu devant le juge Benjamin Marie Joseph ce matin. L’accusé a fait savoir qu’il n’a désormais plus aucun homme de loi pour le représenter, et ce alors que Me Gavin Glover assurait encore récemment sa défense. De fait, Allan Stockhall a demandé que les documents liés à son affaire ainsi que sa dernière déposition, consignée le 22 janvier, lui soient communiqués. En l’absence d’un représentant légal, le Canadien pourrait bien décider d’assurer sa défense lui-même. L’affaire a été renvoyée au 21 mars.
Alors que le procès d’Allan Stockhall a été appelé ce matin en Cour d’assises, l’accusé a informé la cour qu’il n’est plus représenté par un avocat à Maurice. Pourtant, depuis septembre – et ce jusqu’à la dernière séance le 5 février dernier – Me Gavin Glover représentait le Canadien, la police ayant même enregistré une nouvelle déposition à sa demande. Indiquant qu’il a déjà un procès devant le Privy Council concernant sa demande de liberté conditionnelle, laquelle lui avait alors été refusée – et où il était représenté par un avocat britannique –, Allan Stockhall n’a pas souhaité avoir de représentant à Maurice. Il a ainsi demandé à la cour d’intervenir pour que des documents relatifs à son affaire, principalement ses dépositions à la police, lui soient communiqués car, jusqu’ici, ceux-ci étaient en possession de son homme de loi. L’affaire a été renvoyée au 21 mars. Rappelons qu’en septembre dernier, le Canadien avait retenu les services des Mes Gavin Glover (Senior Counsel) et de Sailesh Seebaruth, au lieu de Me James Guthrie (Queen’s Counsel). Allan Stockhall ne voulait plus attendre Me James Guthrie (Queen’s Counsel) pour assurer sa défense. Souhaitant bénéficier d’un avocat « d’expérience » à ses côtés, Allan Stockhall avait en effet retenu les services de Me James Guthrie. Le Canadien avait même fait comprendre à la juge Saheeda Peeroo, qui siégeait aux Assises, qu’il voulait attendre son avocat et qu’il était opposé à un “early trial” en vue de faciliter la venue du Queen’s Counsel, qui est un habitué des tribunaux mauriciens. Or, après presqu’un an d’attente, il a finalement décidé de retenir les services du Senior Counsel Me Gavin Glover, assisté de Me Sailesh Seebaruth.
À noter que la Dangerous Drugs Act prévoit une peine de servitude pénale de 60 ans pour trafic de drogue. L’article 10 (2) (d) de la Constitution stipule que toute personne accusée sous une charge criminelle « shall be permitted to defend himself in person or, at his own expense, by a legal representative of his own choice or, where so prescribed, by a legal representative provided at the public expense ». Soulignons aussi que, sous la Dangerous Drugs Act, une personne trouvée en possession de drogue, dont la valeur est estimée à plus de Rs 1 million, est considérée comme étant un trafiquant. La décision finale sur cette accusation reviendra néanmoins à la cour.
Allan Stockhall a été arrêté en juillet 2009 avec 989,6 gr d’héroïne, d’une valeur d’environ Rs 15 millions. Le prévenu avait déclaré ignorer la présence de cette drogue dans ses valises. Selon ses dires, il devait livrer ce colis à une personne à Maurice. L’exercice de “controlled delivery” de la police n’avait cependant rien donné.