Dans le sillage de l’enquête sur la saisie de 1,38 kg d’héroïne fin juillet qui avait mené à l’arrestation de trois suspects, dont deux employés de la poste, l’interrogatoire des différents protagonistes se poursuit aux Casernes centrales. L’assistant postman Satish Mungur, 28 ans, a déclaré à la police « ne pas être au courant que le colis se trouvant à la poste centrale renfermait de la drogue ».
« C’est mon supérieur Yogeshwar Poonye qui m’avait demandé de vérifier le paquet et de faire des photos », a déclaré Satish Mungur, avant d’insister sur le fait qu’il « n’a fait que suivre les instructions du Postal Officer », tout en concédant que ces actions ne font pas partie de sa tâche. « Je l’ai fait par amitié », allègue-t-il. Mais les hommes du DCP Choolun Bhojoo et du surintendant Sharir Azima ont des doutes sur ses déclarations et comptent le placer devant ses responsabilités. Les enquêteurs ont en leur possession une liste des appels échangés entre Satish Mungur et Yogeshwar Poonye. Le plus intrigant est que le duo était souvent en communication en dehors des heures de service. Pour éviter les soupçons, ils préféraient utiliser des réseaux sociaux, comme Whatsapp. De son côté, Yogeshwar Poonye n’a rien dévoilé sur cette importation de drogue jusqu’ici en faisant valoir son droit au silence face à certaines interrogations des policiers. L’ADSU est convaincue que les protagonistes ont agi sous les ordres d’un trafiquant de drogue car ils n’ont pas de contact à l’extérieur pour passer une commande pour l’achat d’héroïne.
Le colis de drogue, en provenance de Madagascar, était adressé à un destinataire fictif à Maurice avec comme adresse 15, Corner Brabant street, Port-Louis. Celui-ci est arrivé à Maurice le 30 juillet à bord du vol AF 460 en provenance de France. En le passant au scanner, les officiers de la Mauritius Revenue Authority et la police ont noté la présence d’héroïne à l’intérieur. Ils ont remplacé le paquet par un faux et l’ont envoyé à la poste centrale où le paquet a été placé dans un entrepôt. En visionnant les caméras de surveillance sur place, l’ADSU a noté que Satish Mungur a fait des photos du colis et l’a même placé dans un sac avant de le déposer à l’endroit initial.
Arrêté par la police le samedi 5 août, l’assistant postman a balancé le nom de son supérieur Yogeshwar Poonye. À la suite d’une fouille chez ce dernier à Cassis, les policiers ont récupéré plus de Rs 450 000, des reçus des dépôts bancaires de même qu’un reçu Money Gram datant du 19 juillet dernier, confirmant un transfert d’argent à l’étranger, son cellulaire, une micro sim et son passeport. Quelques heures plus tard, l’ADSU a arrêté son cousin Sunil Poonye, qui habite dans la même cour que lui, pour complicité. Ce dernier clame son innocence dans cette affaire. Yogeshwar Poonye et Satish Mungur ont été traduits hier devant le tribunal de Port-Louis, où la police a demandé un prolongement de leur détention préventive, tout en maintenant son objection à une remise en liberté conditionnelle. Me Avinash Napal, qui assure la défense de Satish Mungur, n’a pas insisté étant donné que l’enquête a déjà débuté.