Le décès d’un jeune de la région au début de l’année n’a pas laissé le quartier insensible. Face à la montée du trafic à Résidence La Caverne, cette région de Vacoas a décidé de réagir, à travers des campagnes de sensibilisation et des appels aux autorités. Les habitants estiment que trop de jeunes sont exposés et que la situation risque de dégénérer.
C’est un quartier jusqu’ici tranquille, qui commence à ne plus se reconnaître. Lentement, au milieu d’une majorité de familles sans histoire, le trafic de drogue a étendu ses tentacules. “On finit par ne plus se sentir chez soi. Les choses ont définitivement changé et notre tranquillité est menacée”, souligne un habitant de Résidence La Caverne. Située en bas de la rue menant à la résidence de Sir Anerood Jugnauth, Vacoas, cette ancienne cité ouvrière était jusqu’ici connue comme un quartier paisible et sans histoire. Mais le trafic est venu entacher le paysage.