Un nouveau mouvement, Fraternité Maurice et Rodrigues, a vu le jour dans le but de militer pour les droits de logement des personnes sans domicile, des squatters, ainsi que des personnes dont les maisons contiennent de l’amiante. Le fondateur, Jean-Marie Jean-Pierre, lance un appel au gouvernement, réclamant une rencontre avec le Premier ministre et menace d’organiser une manifestation le mois prochain.
« Nous militons pour les personnes qui n’ont pas un toit au-dessous de leur tête », a affirmé Jean-Marie Jean-Pierre lors de la toute première conférence de presse du mouvement à la population. « L’idée m’est venue en voyant les larmes et cris de désespoir de plusieurs mères de famille privées d’une maison décente. En tant qu’ancien conseiller municipal, je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose pour elles ».
Pour le fondateur du mouvement, il est plus que temps que le gouvernement prenne en considération la situation de ces personnes. « Il y a un budget voté pour les projets de logement. Maurice a signé une convention contre la discrimination à l’égard des femmes. Mais, nombreuses sont les femmes qui sont assoiffées de justice », dit-il.
Jean-Marie Jean-Pierre souligne que chaque citoyen a droit à un logement. Il demande au gouvernement de présenter une loi pour que le droit de logement devienne un droit constitutionnel et non pas un droit d’éligibilité. Il réclame une rencontre avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth, le ministre des Terres et du Logement, Showkutally Soodhun, et des responsables de la National Empowerment Foundation (NEF). Jean-Marie Jean-Pierre menace de tenir une manifestation devant les locaux de la NEF si la demande n’est pas agréée.