Le droit du peuple chagossien de retourner dans ses îles et la revendication de souveraineté mauricienne sur l’archipel des Chagos, démembré du territoire national avant l’accession du pays à l’indépendance en violation du droit international, feront l’objet de discussions au Vatican ce mercredi lors d’une rencontre entre une délégation du Groupe Réfugiés Chagos (GRC) et le secrétaire d’Etat du Saint-Siège, l’archevêque Paul Gallagher qui fait office de ministre des Affaires étrangères du Vatican.
Conduite par le porte-parole du GRC, Olivier Bancoult, la délégation qui comprend des natifs, de même que des Chagossiens de deuxième génération, est accompagnée dans ce voyage par le père Gérard Mongelard et le révérend Mario Li Hing. Cette visite intervient à un mois des débats aux Nations unies sur le projet de résolution mauricienne invitant l’ONU à demander à la Cour Internationale de Justice (CIJ) d’émettre un avis sur la revendication de souveraineté mauricienne sur les Chagos. 
Olivier Bancoult, porte-parole du Groupe réfugiés Chagos (GRC) souligne l’intérêt particulier que porte le pape François à la question des réfugiés et autres peuples déplacés et plus généralement au respect des droits humains. “Cette visite permettra à la communauté chagossienne de mieux faire connaître au Saint-Siège comment, pendant un demi-siècle, les droits fondamentaux de notre peuple ont été bafoués”, explique-t-il.
Le vicaire général du diocèse de Port-Louis, le père Jean-Maurice Labour, ajoute que cette rencontre de la délégation avec le représentant du pape pour les questions internationales sera aussi l’occasion de solliciter le soutien du Vatican en faveur de l’Etat mauricien dans sa revendication de souveraineté sur les Chagos. Il ne manque pas de rappeler, à cet effet, que l’assemblée générale des Nations unies aura à se prononcer, le mois prochain, sur le projet de résolution de Maurice.
En marge des débats sur la résolution mauricienne
Maurice demande, rappelons-le, aux Nations unies que la Cour internationale de justice (CIJ) émette un avis sur le litige nous opposant à la Grande-Bretagne autour de notre souveraineté sur les Chagos. En fait, depuis au moins une douzaine d’années, l’évêché de Port-Louis tient le Saint-Siège informé du litige mauriciano-britannique sur les Chagos et le triste sort réservé au peuple chagossien illégalement arraché de son archipel.
A cet effet, le Vatican est notamment en présence d’une documentation complète qui avait été compilée par les soins de l’ancien vicaire général et historien, le regretté Mgr Amédée Nagapen. Par ailleurs, lors de ses dernières assises, l’an dernier à Maurice, la Conférence épiscopale de l’océan Indien (CEDOI) a déjà, dans une déclaration commune, pris fait et cause en faveur du peuple chagossien et de la revendication de souveraineté mauricienne sur les îles Chagos “illégalement détachées par la Grande-Bretagne du territoire mauricien avant l’accession du pays à l’indépendance”.
Pour la CEDOI, le peuple chagossien demeure “un peuple avec son originalité culturelle forgée par les joies et les défis de la vie sur leurs îles éparses”. Les évêques de l’océan Indien avaient aussi soutenu dans leur Déclaration commune que les Chagos “dont Diego Garcia” avaient été détachées par la puissance coloniale juste avant l’indépendance de Maurice en violation de la Résolution 1514 (XV) et la Résolution 2066 (XX) du 16 décembre 1965 qui interdisent formellement le démembrement de territoires coloniaux avant leur accession à l’indépendance.
Si le Sant-Siège n’a pas un droit de vote à l’Assemblée générale de l’ONU, il dispose, depuis 2004, d’un statut d’observateur permanent. Ce qui donne, conséquemment, droit au représentant du Vatican aux Nations Unies à une pleine participation au débat général à l’assemblée générale. C’est ainsi que cette rencontre entre la délégation chagossienne conduite par le porte-parole du GRC et le père Gérard Mongelard et le cardinal Paul Callagher, secrétaire d’Etat au Vatican prend toute son importance à un mois des débats sur le projet de résolution de Maurice sur les Chagos à l’ONU.
C’est demain, lundi 15 mai, que la délégation chagossienne quitte le pays pour Rome. Elle sera de retour le jeudi 25 mai. Durant son séjour à Rome, il se pourrait que la délégation chagossienne soit reçue en audience par le Pape François. Olivier Bancoult qui a tenu à remercier particulièrement des Mauriciens de la diaspora établis en Australie pour avoir contribué aux frais de ce déplacement lance un appel à la générosité d’autres Mauriciens. Tout don à la cause chagossienne peut être fait à l’ordre du Chagos Refugees Group, SBM Ltd, Account Number 620 301 000 777 74.